France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya

Jeudi 18 avril 2019
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Image fournie par l'Université d'Ohio le 18 avril 2019 d'un "Simbakubwa kutokaafrika", l'un des plus grands mammifères carnivores terrestres - Mauricio ANTON, Mauricio ANTON (ohio university/AFP)

Un lion mais en sept fois plus gros: des dents et des fragments d'os vieux de 23 millions d'années découverts au Kenya ont permis d'identifier l'un des plus grands mammifères carnivores ayant foulé la Terre.

L'inquiétant animal, baptisé "Simbakubwa kutokaafrika" (pour grand lion d'Afrique) pesait dans les 1.500 kg et était capable de s'attaquer à des animaux de la taille des éléphants et des hippopotames.

"Au vu de ses dents massives, Simbakubwa était un hypercarnivore", explique Matthew Borths de l'Université Duke, auteur principal de l'étude publiée jeudi dans le Journal of Vertebrate Paleontology.

Les restes de l'animal - un morceau de mâchoire inférieure comportant une canine, une prémolaire et une molaire ainsi que d'autres dents et quelques os - avaient été découverts il y a déjà des dizaines années mais avaient été attribués à une espèce plus petite, Hyainailouros napakensis. Ils attendaient depuis au musée national de Nairobi.

Selon les chercheurs, l'animal est mort relativement jeune. Pourtant, sa mâchoire est beaucoup plus grosse que celle d'un lion de taille adulte. Avec ses canines, il pouvait cisailler la chair, tandis que ses molaires lui permettaient de casser les os", précise un communiqué.

Simbakubwa vivait il y a environ 23 millions d'années, au début du Miocène. Mais les conditions permettant l'existence de tels gabarits semblent avoir persisté pendant des millions d'années, précisent les chercheurs.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une