• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Covid-19: dernier week-end avant l'école à la maison, l'horizon toujours incertain

Vendredi 02 avril 2021
Covid-19: dernier week-end avant l'école à la maison, l'horizon toujours incertain
Olivier Véran et Jean Castex visitent l'hôpital de Tours, le 2 avril 2019 - GUILLAUME SOUVANT (AFP)

La fermeture des écoles permettra-t-elle un retour rapide à une vie normale ? A l'heure des départs pour le week-end de Pâques, avant leur interdiction pendant un mois, l'objectif d'une réouverture progressive de certains lieux dès la mi-mai reste incertain.

Gare Montparnasse, vendredi après-midi, l'animation témoignait bien d'une veille de week-end de Pâques, mais les trains n'étaient pas pris d'assaut.

Parmi les voyageurs, certains quittent l'Ile-de-France dans la précipitation, comme Mathieu, qui jongle entre valise à roulettes, skate, trottinettes et sacs de ses deux enfants. "On a été de très bons élèves jusqu'à présent, mais là, j'en ai marre", confie ce quadragénaire, en route pour Hossegor (Landes), chez ses parents. "On sera bien mieux là-bas", souffle ce directeur de communication, qui ne veut pas donner son nom.

Sur les routes, Bison Futé prévoit un week-end chargé, classé orange samedi dans le sens des départs et lundi dans celui des retours.

Le gouvernement a ouvert la possibilité jusqu'à lundi, pour ceux qui le peuvent, de quitter leur région pour s'isoler en résidence secondaire ou dans leur famille.

Passé ce délai, les départs ne seront plus autorisés, sauf pour déposer un enfant chez un proche. A partir de mardi, des millions de parents vont devoir concilier télétravail et école à la maison, avant des vacances scolaires chamboulées, du 12 au 25 avril pour tout le monde.

Le gouvernement a par ailleurs rétropédalé en autorisant les assistantes maternelles, qui gardent des enfants à leur domicile, à poursuivre finalement leur activité pendant les trois prochaines semaines, après un cafouillage la veille où il avait d'abord affirmé qu'elles devraient suspendre leur activité, avant d'indiquer que la question n'était pas définitivement tranchée.

Annoncée mercredi par Emmanuel Macron, la fermeture des écoles pour trois à quatre semaines doit permettre de calmer la flambée épidémique, marquée par une "forte augmentation du nombre de nouveaux cas depuis trois semaines", selon Santé publique France.

- "Bon sens" -

258.830 nouveaux cas (près de 37.000 par jour, +22%), 12.572 hospitalisations (+16%), 2.732 arrivées en services de réanimation (+13%), 1.840 décès: l'agence sanitaire relève une "dégradation de tous les indicateurs sur l'ensemble du territoire métropolitain" la semaine dernière.

Plus de 96.000 malades du Covid-19 sont morts depuis le début de l'épidémie et on comptait encore plus de 46.000 cas positifs enregistrés en 24H vendredi.

SPF souligne même dans son point hebdomadaire que "les indicateurs sont en augmentation depuis deux semaines" chez les 75 ans et plus, après une amélioration attribuée à la campagne vaccinale.

Les "mesures" annoncées mercredi "vont dans le bon sens et, couplées à la restriction de mobilité entre les départements français, me semblent de nature à casser la dynamique exponentielle" de l'épidémie, a expliqué à l'AFP l'épidémiologiste Antoine Flahault.

"Il ne faut pas focaliser sur les écoles", a ajouté sur LCI Vincent Maréchal, professeur de virologie à la Sorbonne. "La question est de savoir si on va être suffisamment responsables pour accompagner le mouvement et faire en sorte que le nombre de contaminations par jour diminue".

- Pics -

5.254 patients Covid-19 étaient vendredi en réanimation, contre plus de 7.000 malades début avril 2020, au pic de la première vague.

Lors de son allocution, le chef de l'Etat n'a posé aucun objectif de seuil de cas par jour, contrairement au deuxième confinement d'octobre, où la cible de 5.000 cas quotidiens n'a jamais été atteinte.

Mais Emmanuel Macron a promis la réouverture "avec des règles strictes" de "certains lieux de culture" et des "terrasses" à partir de la mi-mai.

L'exécutif promet une nouvelle accélération de la campagne vaccinale (9 millions de premières doses, 3 millions de secondes doses), avec une cadence promise de 400.000 injections quotidiennes par le M. Vaccin du gouvernement, Alain Fischer, dans le Figaro.

La vaccination, "c'est la solution à moyen-long terme" mais "pour la semaine ou les semaines qui viennent, la vaccination ne peut pas être la solution", a prévenu Vincent Maréchal.

Autre parade: la multiplication des tests. Les personnes qui le souhaitent pourront acheter à partir du 12 avril en pharmacie des autotests, utilisables à domicile, a annoncé Olivier Véran dans un entretien au média en ligne Brut. En cas de résultat positif, il faudra procéder à une vérification par test RT-PCR pour confirmer la contamination.

En attendant des jours meilleurs, la liste des annulations ou reports d'événements sportifs et culturels s'allonge: après la "reine des classiques" cyclistes, Paris-Roubaix, déplacée au 3 octobre, les 24 heures Motos au Mans (17-18 avril) ont été reportées sine die, tandis que les Eurockéennes de Belfort (1-4 juillet) et le festival de la BD d'Angoulême (fin juin) ont grossi vendredi les rangs des rendez-vous carrément effacés de l'agenda 2021.

En revanche, le gouvernement confirme qu'il privilégie "à ce stade" le maintien en juin des élections régionales et départementales, selon un rapport que l'AFP s'est procuré.

bur-arb-abd-rfo-fpo/may/cbn

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
Société

Grémési Kiko !

par Xavier-Paul Le Pelletier / Photos : Archives France-Guyane, Eugene Epailly, Kathryn Vulpillat / Pierre Rossovich - Samedi 10 Avril 2021

    Gauthier Horth : « Kiko voulait faire revivre l’esprit de Vitalo » Vous avez beaucoup...

Vidéos

Voir toutes les vidéos