• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Coupe d'Europe de rugby: trois clubs français en mission dans le dernier carré

Samedi 01 mai 2021
Coupe d'Europe de rugby: trois clubs français en mission dans le dernier carré
L'entraîneur de Toulouse, Ugo Mola, lors du match de Top 14 à La Rochelle, le 27 février 2021 - XAVIER LEOTY (AFP/Archives)

Toulouse, Bordeaux-Bègles et La Rochelle partent ce week-end en mission dans le dernier carré de la Coupe d'Europe avec l'équipage irlandais du Leinster pour deux oppositions entre habitués et novices tous décidés à décrocher la Lune.

Une grande bâche noire constellée d'étoiles recouvre cette semaine les grilles du stade Ernest-Wallon, avec deux mots en lettres capitales: "Mission Europe".

Un clin d’œil du Stade toulousain à sa collaboration avec l'Agence spatiale européenne et l'astronaute français Thomas Pesquet pour concevoir cette saison un maillot spécial Coupe d'Europe.

Mais aussi un moyen, s'il en était besoin, de rappeler aux joueurs qu'ils s'apprêtent à disputer une demi-finale continentale malgré ce que pourrait laisser penser le nom de leur adversaire samedi (16h00): Bordeaux-Bègles.

"Dans ce club, dès qu'on parle de la Coupe d'Europe, les regards des joueurs changent. On sent vraiment qu'on ne va pas jouer un match de Top 14", assure le jeune ailier toulousain Matthis Lebel.

- Génération dorée toulousaine -

Après avoir été recalé deux fois à la porte de la finale en 2019 et 2020 (défaites face au Leinster et Exeter), l'entraîneur Ugo Mola espère que cette "génération incroyable", avec Antoine Dupont, Romain Ntamack et consorts, saura cette fois se l'ouvrir.

"C'est un groupe qui a déjà gagné (champion de France 2019), mais qui s'est pris un peu les pieds dans le tapis en Coupe d'Europe", relève-t-il. "Cette génération a besoin de challenges. Ils ne sont jamais rassasiés".

Forcément favori de par son pedigree européen et son parcours jusqu'ici (victoires au Munster et à Clermont), Toulouse l'est encore un peu plus après la sale quinzaine vécue par l'UBB, privée d'entraînements et de matches en raison de contaminations au Covid-19 dans ses rangs.

Novice à ce stade de la compétition, le club girondin, créé en 2006 sur les cendres du CABBG, a tremblé toute la semaine à chaque prélèvement nasal pour décrocher une première "victoire": le droit de disputer ce marqueur important de sa progression.

Il n'aura donc rien à perdre samedi et pourra compter une fois encore sur son ouvreur Matthieu Jalibert, qui a presque éliminé le Racing 92 à lui seul en quarts de finale (24-21). Le dernier match des Girondins, il y a trois semaines.

- "Un grand moment de notre histoire" -

Le Stade toulousain n'est pas le seul dans ce dernier carré très francophone à être parti à la conquête d'une cinquième étoile européenne.

Le Leinster, avec lequel il partage le record de quatre sacres dans la compétition, évoluera dimanche (16h00) à La Rochelle sans son ouvreur vedette Johnny Sexton, mais avec de l'expérience dans toutes les lignes.

"C'est une équipe habituée à ce genre de rendez-vous. Ils sont vraiment focalisés sur cette compétition", prévient l'arrière rochelais Brice Dulin, vainqueur en Irlande avec l'équipe de France lors du dernier Tournoi des six nations.

Entraînés par l'ancien "Munsterman" Ronan O'Gara, qui connaît particulièrement bien l'adversaire dublinois, les Maritimes, eux, dînent pour la première fois à la table des grands d'Europe.

Le festin se fera malheureusement dans l'intimité d'un stade Marcel-Deflandre d'ordinaire bouillonnant. "C'est vraiment dommage car c'est un grand moment de notre histoire dont ne pouvons pas profiter avec notre public", regrette le troisième ligne néo-zélandais de La Rochelle Victor Vito.

La finale, elle, se jouera devant du public (au maximum 10.000 personnes) le 22 mai à Twickenham. Un club français sera quoi qu'il arrive du voyage à Londres, mais en avoir trois en demi-finale n'est pas forcément un gage de réussite.

C'est déjà arrivé à trois reprises par le passé, pour un seul titre au final, en 2005, pour Toulouse. Toujours paré au décollage.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire