• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Contre la "dictature sanitaire", plus de 110.000 personnes dans les rues

Samedi 17 juillet 2021
Contre la "dictature sanitaire", plus de 110.000 personnes dans les rues
Plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestent le 17 juillet 2021 à travers la France, de Marseille à Lille et de Montpellier à Paris, contre la vaccination anti-Covid et le pass sanitaire - GEOFFROY VAN DER HASSELT (AFP/Archives)

Elles fustigent la vaccination, la "dictature" ou le pass sanitaire: plus de 110.000 personnes ont manifesté le plus souvent dans le calme samedi à travers la France, de Marseille à Lille et de Montpellier à Paris, ont constaté les bureaux de l'AFP.

Au total, le ministère de l'Intérieur a recensé 136 rassemblements qui ont concerné 114.000 personnes: 18.000 à Paris réparties en plusieurs cortèges et 96.000 dans le reste du pays.

"Liberté", "Macron dictateur"... Du nord au sud, les slogans se ressemblent.

"Ce n'est pas que l'on pense que la Terre est plate mais on ne connaît pas les effets à long terme de ces vaccins bricolés à la va-vite que Macron veut nous imposer", résume Rita, une aide-soignante de 39 ans, croisée dans le cortège à Montpellier où, selon la préfecture, 5.500 personnes ont manifesté.

Sur le Vieux Port de Marseille, ils étaient environ 4.500, selon la préfecture de police, pointant "les moutons" qui se font vacciner et les "mauvaises informations" données selon eux à la télévision. Selon la préfecture, des projectiles ont été jetés contre les forces de l’ordre. Les manifestants ont tenté de bloquer les voies de l’autoroute A7. Une personne a été interpellée.

A Nice, environ 1.600 manifestants, gilets-jaunes, opposants au pass sanitaire, au vaccin obligatoire ou à la vaccination en général, ont arpenté le centre-ville.

Dans la moitié ouest, la mobilisation semblait un peu moindre. A Bordeaux, la préfecture, qui avait pris une interdiction de manifester en centre-ville, a dénombré 1.200 personnes ; les manifestants bloquant à certains endroits la circulation des trams et des voitures.

A Toulouse, la préfecture a dénombré 2.500 manifestants, tout comme à Metz, dont quelques gilets jaunes et blouses blanches sur les épaules.

"Non au pass nazitaire", "fausse pandémie, vraie dictature", "Pays de Pasteur, pas de passepeur" ou "Je ne suis pas un QR code", pouvait-on lire sur les pancartes du cortège.

Ils étaient également 2.000 à Rennes, selon les médias locaux et 2.500 à Nantes, où quelques tirs de grenades lacrymogènes ont eu lieu en fin de manifestation devant la préfecture, selon un photographe de l’AFP.

A Lille, entre 1.500 et 2.000 personnes – 900 selon la préfecture du Nord - ont défilé parmi lesquels des "gilets jaunes" mais aussi le président de l'Union populaire républicaine (UPR) François Asselineau.

A Strasbourg, la manifestation a rassemblé 2.800 personnes (préfecture), où quelques personnes portaient une étoile jaune. A Nancy, ils étaient 1.200, 900 à Lyon, selon la préfecture, précisant que 9 personnes ont été interpellées après des échauffourées avec les forces de l'ordre.

- "Apartheid" -

Dans la capitale, 18.000 personnes selon le ministère de l'Intérieur étaient divisées dans au moins trois rassemblements.

Le principal cortège (plus de 10.000 personnes) s'est élancé du Palais-Royal (1er arr.) avant de traverser la Seine aux cris de "Liberté", "Non à la dictature sanitaire" ou "Macron démission" et d'achever son parcours aux abords du ministère de la Santé.

En tête du défilé, où fleurissaient les drapeaux français, figuraient l'ex-numéro 2 du Front national Florian Philippot, la députée ex-LREM covidosceptique Martine Wonner, le chanteur Francis Lalanne ou encore l'ex-égérie "gilets jaunes" Jacline Mouraud.

Quelques tracts détournant l'étoile jaune avec la mention "pass sanitaire" étaient également visibles.

Lors de discours prononcés à la fin du parcours, Francis Lalanne a réclamé "la destitution du tyran Macron".

Pour Fabrice di Vizio, avocat qui se veut la voix des antivaccins, "Emmanuel Macron a déclaré solennellement la guerre à la France".

Florian Philippot lui a emboîté le pas dans la même veine : "oui, nous sommes en dictature, nous sommes en tyrannie", et "oui, cela s'appelle l’apartheid entre vaccinés et non vaccinés".

Avant la manifestation, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a déclaré que l'avènement du pass sanitaire dans la vie quotidienne marquait le "début d'un engrenage vers une dictature".

Dans le même temps, quelques milliers ont manifesté dans les rues du sud de la capitale, au sein d'un cortège disparate, précédé d'un cordon policier.

Parti vers 14H30 du XIVe arrondissement, le cortège s'est dirigé vers le quartier de Jussieu (Ve arr.), accompagné de banderoles comme "wanted République Française démocratie, disparue le 12 juillet 2021".

"On est là pour les revendications des gilets jaunes et les restrictions des libertés", a déclaré le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues.

Enfin, quelques dizaines de personnes ont participé à un autre rassemblement, non autorisé, place de la République.

Des manifestations ont également eu lieu à Quimper (400 personnes), Perpignan (1.200), Clermond-Ferrand (1.700), Valence (2.300), Avignon (1.250) ou Dijon (700).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire