France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Canicule: brevet du collège reporté au début de semaine prochaine en France métropolitaine

Lundi 24 juin 2019
Canicule: brevet du collège reporté au début de semaine prochaine en France métropolitaine
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, le 12 juin 2019 à Paris - ludovic MARIN (AFP/Archives)

Les épreuves du brevet des collèges, qui devaient avoir lieu jeudi et vendredi, sont reportées au début de semaine prochaine en France métropolitaine en raison de la canicule, a indiqué lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

Le report des épreuves à lundi et mardi prochains a été décidé "pour garantir la sécurité des élèves", a ajouté le ministre lors d'une conférence de presse, précisant que l'ordre des épreuves serait identique au programme original.

En cas d'empêchements majeurs, conséquences de ce calendrier modifié, "certains élèves pourront participer à la session de septembre", a déclaré Jean-Michel Blanquer.

Les collégiens d'Outre-mer passeront, eux, les épreuves selon les dates prévues à l'origine, à savoir jeudi et vendredi de cette semaine.

Pour le baccalauréat, le ministre a indiqué qu'il n'y aurait aucun changement car les dernières épreuves écrites se déroulent ce lundi.

Le brevet, dont l'ancêtre (le BEPC) a été créé en 1947, est un diplôme qui atteste des connaissances et compétences acquises en fin de collège, à l'issue de la classe de troisième, selon l'intitulé du ministère de l'Education.

Passé par des adolescents qui ont pour la plupart 14 ou 15 ans, il se situe donc peu avant la fin de la scolarité obligatoire (16 ans en France), et concerne quelque 800.000 adolescents.

La vague de chaleur, qui traverse la France cette semaine, est d'une précocité inédite et pousse les pouvoirs publics au branle-bas de combat face aux risques sanitaires.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une