• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Attaque à Paris: les enquêteurs s'interrogent sur l'identité réelle de l'assaillant

AFP Lundi 28 septembre 2020
Attaque à Paris: les enquêteurs s'interrogent sur l'identité réelle de l'assaillant
Arrestation du suspect de l'attaque contre les anciens locaux de Charlie Hebdo, le 25 septembre 2020 à Paris - Laura CAMBAUD (AFP/Archives)

Les enquêteurs en charge de l'attaque au hachoir vendredi à Paris devant les anciens locaux de Charlie Hebdo s'interrogent sur l'identité réelle du principal suspect, qui s'est présenté jusqu'à présent comme un Pakistanais de 18 ans, a-t-on appris lundi de sources proches du dossier.

Des recherches dans le téléphone portable de celui qui se fait appeler Hassan A. ont permis aux enquêteurs d'y découvrir la photo d'une pièce d'identité, selon laquelle ce dernier s'appellerait en réalité "Zaheer Hassan Mehmood" et aurait 25 ans, ont indiqué ces sources à l'AFP, confirmant une information du Monde.

C'est sous cette identité que s'est présenté cet homme dans une vidéo de revendication enregistrée avant l'attaque et authentifiée par les enquêteurs.

L'attaque au hachoir a fait deux blessés graves, employés d'une agence de presse télé.

Dans ce document de deux minutes, qui a circulé durant le week-end sur les réseaux sociaux, l'assaillant qui se présente comme "Zaheer Hassan Mehmood" revendique son geste à venir, sans faire allégeance à une quelconque organisation, et l'explique par "les caricatures du prophète Mohammed qui ont été faites".

"Aujourd'hui, vendredi 25 septembre, je vais les condamner", ajoute-t-il, revendiquant avoir pour "guide" le mollah Ilyas Qadri, chef de file de Dawat-e-Islami, un groupe religieux apolitique et non-violent d'inspiration soufie, basé au Pakistan.

La garde à vue de l'assaillant, qui a assumé son acte et reconnu avoir voulu s'en prendre à Charlie Hebdo, ignorant que la rédaction avait déménagé dans un lieu secret depuis les attentats de 2015, a été prolongée de 48h dimanche.

Cinq autres gardes à vue sont encore en cours lundi: trois anciens colocataires du principal suspect dans son appartement de Pantin, son petit frère et une connaissance.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une