France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK

Vidéosurveillance : un pari coûteux

Vidéosurveillance : un pari coûteux

De plus en plus de communes font le choix de la vidéo-surveillance en Guyane. Pour l’heure, quatre d’entre elles disposent d’une autorisation pour exploiter un système de vidéo-protection urbaine et trois possèdent un tel outil, mais plusieurs autres sont dans les starting-blocks. Leur principale difficulté ? Le coût de ces dispositifs pour une efficacité qui reste à démontrer.

Depuis 2017, les images des quelques 120 caméras de vidéosurveillance de Cayenne, dont environ 70 installées sur la voie publique, sont visionnées 24 heures sur 24 au centre de supervision urbaine. Derrière les écrans, 2 ou 3 agents s’y relaient en permanence et traquent incivilités et infractions en tout genre. Ils sont 10 en tout dans ce service et la facture grimpe vite en sachant qu’il faut compter en moyenne 50 000 euros par an pour un fonctionnaire de police.

En 2012, Cayenne a été la...

franceguyane.fr 2647 mots - 13.07.2019
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous

À partir de 8€ /mois

Achetez une formule à l'acte

Accès au site pendant 24h A partir de 1,70€
Voir toutes les offres