• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Une enquête de l'IGPN ouverte après l'interpellation violente, à Paris, d'un producteur de musique martiniquais

AFP / Capture d'écran des images et du témoignage diffusé par Loopsider © Jeudi 26 Novembre 2020 - 14h35
Une enquête de l'IGPN ouverte après l'interpellation violente, à Paris, d'un producteur de musique martiniquais

Les vidéos de l'interpellation hyper violente d'un homme, Michel, un producteur de musique originaire de la Martinique, font le tour des réseaux sociaux. Le parquet de Paris a ouvert une enquête. Trois policiers ont été suspendus.

 Les images publiées jeudi par le site Loopsider montrent le producteur et directeur de "Black gold studios" en train de subir une volée de coups assénés par des policiers alors qu'il se trouve à l'entrée de son studio dans le XVIIe arrondissement de Paris. Selon leur procès-verbal consulté par l'AFP, les policiers ont tenté de l'interpeller pour défaut de port du masque. Sur ces mêmes images , "Michel" résiste en refusant de se laisser embarquer, puis tente de se protéger le visage et le corps. Il ne semble pas porter de coups. La scène dure cinq minutes.
 

Dans un second temps, des personnes qui se trouvaient dans le sous-sol du studio parviennent à rejoindre l'entrée, provoquant le repli des policiers à l'extérieur et la fermeture de la porte du studio. Les policiers tentent ensuite de forcer la porte et jettent à l'intérieur du studio une grenade lacrymogène.

Suite à cette interpellation, l'homme a dans un premier temps été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "rébellion".

Mais le parquet de Paris a classé cette enquête et ouvert mardi une nouvelle procédure cette fois pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique" et "faux en écriture publique".
« Agression insoutenable »
Sollicitée par l'AFP, la Défenseure des droits a indiqué avoir elle aussi ouvert une enquête sur les violences subies par "'Michel".

"Si nous n'avions pas les vidéos, mon client serait peut-être actuellement en prison", a dit à l'AFP, Me Hafida El Ali, avocate de Michel. Son client bénéficie d'une incapacité totale de travail (ITT) de six jours.

"Sur ces images, ce n'est pas une police républicaine mais une milice barbare hors de contrôle", a dénoncé sur Twitter Jean-Luc Mélenchon (LFI). "Le préfet Lallement doit partir. La police doit être reprise en main".

"A travers l'agression insoutenable de Michel (...) c'est notre humanité qui est atteinte", a de son côté tweeté Christophe Castaner, patron des députés LREM et ancien ministre de l'Intérieur. "Tolérance zéro contre le racisme et contre cette violence, qui n'ont pas leur place dans notre République".

Cette affaire survient après l'adoption cette semaine par l'Assemblée nationale de la proposition de loi "Sécurité globale", qui suscite de vives critiques de la part des journalistes, des défenseurs des libertés et de l'opposition

Son article 24, le plus polémique, réprime d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" de membres des forces de l'ordre en intervention, quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique".

Elle survient également trois jours après l'évacuation musclée, lundi soir, d'un camp de migrants place de la République à Paris.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé jeudi la suspension de ces policiers visés par une enquête du parquet de Paris pour "violences" et "faux en écriture publique". Les trois officiers ont été suspendus par le directeur de la police nationale dans la foulée.

Cette affaire intervient en pleine polémique sur un projet de loi qui encadre la diffusion des images des forces de l'ordre en opération et après l'évacuation musclée, lundi, d'un camp de migrants au cœur de la capitale.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
Guyane

Nouvel accident mortel sur la RN1

S.Z. - Lundi 11 Janvier 2021

6 commentaires
A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos