France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Une barge prise en flagrant délit d’orpaillage illégal sur la rivière Marouini

Redac web Vendredi 22 Mars 2019 - 15h28
Une barge prise en flagrant délit d’orpaillage illégal sur la rivière Marouini
Les forces de l'ordre, en direction des sites d'orpaillage clandestin sur la Haute-Comté (ARCHIVES)

Mardi dernier, les gendarmes et les forces armées ont saisi une barge en flagrant délit d’orpaillage illégal sur la rivière Marouini, au sud-ouest de la Guyane.

Cette barge avait été signalée par le Parc Amazonien de Guyane (PAG).

Une patrouille composée de militaires de l’antenne du groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (AGIGN) et de plongeurs de combat du 9e régiment d’infanterie de Marine (9e RIMA) a été déposée par hélicoptère sur la Marouini. Elle a suivi le cours, en kayak, jusqu’à localiser la barge. Dans la nuit, la barge a été découverte et immédiatement contrôlée. Trois des quatre occupants ont été interpellés en flagrant délit d’orpaillage illégal, l’un d’entre eux étant sous l’eau au moment de l’intervention, muni d’une assistance respiratoire.

Les personnes interpellées ont été rapatriées vers Cayenne et présentées devant le procureur pour exploitation de mine sans titre, aggravée d’atteinte à l’environnement. Elles ont été condamnées à 8 mois de prison avec sursis et une interdiction de séjour sur le territoire pendant 5 ans, les trois personnes, de nationalité brésilienne, seront reconduites à la frontière.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Méridien 23.03.2019

On comprend mieux pourquoi les forces de l'ordre préfèrent interpeller des étudiants à la sortie des cours plutôt que risquer leur vie en forêt pour de tels résultats...tout ça pour çà.

Répondre Signaler au modérateur
jml973 22.03.2019

Prison avec sursis et un voyage tous frais payés pour retourner dans leur pays. Pas étonnant que les brésiliens n'arrêtent pas de piller et de saccager la Guyane, il n'y a pas de sanction. Ca fait quand même pas cher pour des gens qui empoisonnent les populations et les animaux près de ces points d'eau.

Répondre Signaler au modérateur
jl06 23.03.2019
Trop de clémence

Vous avez tout à fait raison. À être trop clément ça n’a aucun effet dissuasif et même quand ils sont repris alors qu’ils sont sous le coup d’une interdiction de territoire on est trop clement y compris pour les voleurs avec violence. Nos lois ne sont pas adaptées c’est ça qu’il faut réformer. Ils ne plaisantent pas avec la Fédérale chez eux.

Répondre Signaler au modérateur
jml973 23.03.2019

Exactement. La France : "pays des droits de l'homme". Nous en sommes arrivés à beaucoup trop de démagogie où les hommes , et en particulier les brésiliens qui viennent en Guyane s'accordent tous les droits et refusent leurs devoirs. Les lois des années 60 ne sont plus en adéquation avec le temps dans lequel nous vivons, surtout en Amérique du sud.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 23.03.2019

Mieux les lois d’avant 1848 pour corriger les impertinents comme vous...lol. Vous êtes ravagés ma parole...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
6 commentaires
1 commentaire
A la une