France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
KOUROU

Un vol a main armée résolu à une vitesse éclair

Lundi 19 Août 2019 - 03h25
Un vol a main armée résolu à une vitesse éclair
BRIGADE DE GENDARMERIE DE KOUROU - BERNARD DORDONNE

Quatre individus suspectés de vol à main armée, mercredi à Kourou, ont été interpellés en moins de 24 heures. La mère de deux mineurs sera également jugée pour délaissement d’enfants. Le nouveau commandant de la compagnie de gendarmerie met en exergue le travail d’enquête des militaires de la brigade territoriale.

Les investigations des gendarmes de la brigade territoriale de Kourou et notamment le pôle judiciaire de cette unité, suite à un vol à main armé qui s’est déroulé mercredi a permis de mettre hors d’état de nuire quatre individus. Un majeur de 18 ans et trois mineurs d’une quinzaine d’années. Le majeur a fait l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) appelée aussi plaider-coupable qui permet d’éviter un procès à une personne qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Il a été condamné à une peine de prison.

Les trois mineurs ont été placés dans différentes familles d’accueil afin de les séparer et éviter qu’ils ne se reconstituent.

Les faits se sont déroulés mercredi vers 19h45, rue Émile-Poline à Kourou. Un homme qui circulait à vélo sur la voie publique a été accosté par quatre individus. Ces derniers, le menaçant avec une arme de poing, ont dérobé son téléphone portable. Ils ont ensuite pris la fuite dans diverses directions. Malgré cette manœuvre de dispersion, la victime a réussi à maîtriser un des agresseurs puis alerté les gendarmes. Sur place, les militaires ont interpelé l’individu, un mineur de 15 ans, ensuite placé en garde à vue.

La plainte de la victime a été enregistrée et avec ce document les gendarmes du pôle judiciaire de la brigade de Kourou ont mené leurs investigations qui ont rapidement porté leurs fruits. En moins de 24 heures, et ce grâce aux témoignages et aux différents éléments de l’enquête, les gendarmes ont identifié les trois autres agresseurs ainsi que leur domicile.

La mère en garde à vue

Une opération pour procéder aux interpellations a été mise en place dès le lendemain, le 15 août, avec le soutien des militaires du Psig de Kourou (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarme).

Les trois personnes recherchées ont été interpellées au saut du lit et placées en garde à vue pour vol à main armé en réunion. Les quatre agresseurs, un majeur et trois mineurs ont été déférés, vendredi, devant le procureur de permanence.

Le révolver utilisé pour le braquage du cycliste a été retrouvé au domicile de l’un des agresseurs. L’arme a été saisie. Dans cette affaire, le procureur a également demandé aux gendarmes d’interpeller la mère de deux des trois mineurs, deux frères, et de la placer en garde à vue pour délaissement d’enfants. En effet, l’enquête a permis de savoir que la mère était partie à Saint-Laurent pour les fêtes du 15 août en laissant seuls à son domicile ses deux enfants. Pour ses faits, la mère sera jugée devant les juges du tribunal correctionnel dans les prochains mois.

La réactivité des gendarmes de la brigade territoriale de Kourou dans cette affaire de vol sous la menace d’une arme a été saluée par le nouveau commandant de la compagnie de gendarmerie de Kourou. En voyant la rapidité avec laquelle ce vol à main armé a été résolu, le commandant Arnaud Amestoy a félicité tous les gendarmes de la brigade : « La bande de quatre jeunes a été mise hors d’état de nuire car sans cette arrestation rapide, ils auraient continué à sévir dans le quartier. Cela montre que les militaires de la brigade travaillent bien. Je suis fier d’avoir sous mes ordres des gendarmes qui en veulent et qui n’ont pas compté leurs heures malgré le jour férié. En plus il y a eu des messages forts de la justice dans ce dossier notamment le fait de placer la mère des enfants mineurs en garde à vue et de la juger pour délaissement d’enfants. »

Bernard DORDONNE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Bandamanjak 20.08.2019
Peine des mineurs légères

Les jeunes placés dans des familles d'accueil vont se retrouver pour cette fois commettre des actes encore plus grave.

Répondre Signaler au modérateur
MartinEden 20.08.2019
des droits et des ... DEVOIRS

Enfin, un parent devant ses responsabilités.
A chaque fois qu'un mineur est incriminé dans un délit ou crime, il faudrait placer en garde à vue les parents, les interroger pour comprendre s'ils n'ont aucune responsabilité dans la délinquance de leur enfant.

Répondre Signaler au modérateur
mica 20.08.2019
Enfin!

Dans cette histoire de braquage,la rapidité de l'arrestation des auteurs me fait plaisir,je dis bravo aux gendarmes sans oublier le courage de la victime qui a pu maitriser un des agresseurs. Mais ce sont les poursuites engagées contre la mère pour délaissement d'enfants là je dis enfin, tout en espérant qu'à l'avenir les parents complices de recel se retrouveront eux aussi poursuivis par la justice,trop c'est trop.

Répondre Signaler au modérateur
den97300 19.08.2019
Félicitations

Des recherches, des investigations et des mesures pénales a la hauteur de ce que l'on attend. Félicitations et bravo pour l'inculpation de la mère Feliciations egalement au sang froid de la victime qui a su interpeller elle même le jeune délinquant

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 19.08.2019

C'est la gendarmerie qui a dicté cet article ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une