• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Fait-Divers

Un médecin agressé déplore le manque de soutien

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr Samedi 18 Juin 2022 - 13h19
Un médecin agressé déplore le manque de soutien
Les fenêtres du cabinet médical situé à Kourou ont été détruites par un long sabres, avant 7 heures, vendredi 10 juin. - DR

Un cabinet d'un médecin de Kourou a été vandalisé par un agresseur muni d'un chevron et d'un sabre. Aucun blessé n'est à déplorer mais psychologiquement,le docteur Ghandour est atteint.

    “Un acte d'une sauvagerie extrême.” Voilà comment le Docteur Ghandour décrit son agression survenue le vendredi 10 juin au matin.
Il est 6 heures, le médecin vient faire un peu de travail administratif à son cabinet installé à Kourou, au Vieux-Bourg. Il profite du jour férié.
   “Dix ou vingt minutes plus tard, j'entends des hurlements dans ma salle d'attente. Je sors du bureau. Je trouve un travesti qui fait obstacle avec son corps devant ma porte qu'il tente de refermer. On y arrive. Un homme armé d'un chevron, une pièce de bois de 10 cm de diamètre, commence à défoncer ma porte. Heureusement, elle résiste”, se rappelle le docteur Ghandour.
   Quelques instants plus tard, l'homme revient à la charge avec un sabre d'abattis. L'homme casse les persiennes, mais les grilles l'empêchent de pénétrer dans le cabinet. Il veut récupérer les 40 euros donnés au travesti s'estimant floué par le genre de la personne qui n'est pas celui attendu.
   “Le vieux bourg c'est notre Chicago chez vous à Cayenne. C'est le lieu de travail des péripatéticiennes et des travestis. Elles sont très gentilles et polies, en revanche le travesti qui s'est réfugié chez moi est connu comme le loup blanc”, confie le médecin depuis huit ans en Guyane.
  La gendarmerie arrive assez rapidement sur les lieux. Une partie des forces de l'ordre raccompagne le travesti chez lui. “Je suis sûr qu'il a, en réalité, tenté de m'arnaquer. Il était persuadé que je donnerai les quarante euros réclamés par l'homme au sabre”, envisage le docteur de 71 ans.
   L'expérience l'a vidé. Le manque de soutien l'attriste. Seul son syndicat et l'ordre des médecins l'ont soutenu. “Même la pharmacienne en-dessous de mon cabinet ne m'a rien dit. Même pas un petit mot. Aujourd'hui, j'ai deux cents personnes devant ma porte tous les matins mais le cœur n'est plus là. Je me demande ce que je fais ici. Peut-être est-ce le moment de partir. Le bourg est trop dangereux. C'est un acte isolé qui va devenir quotidien envers les médecins”, constate-t-il.
   L'agresseur a réussi à s'échapper. Il n'a toujours pas été appréhendé. La gendarmerie n'avait ce dimanche aucune information à transmettre sur le sujet. Une plainte a été déposée.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Georges de Cayenne 19.06.2022
Désert médical !

Et l'on ne s'étonnera pas le le Dr Ghandour déplaque ! De plus, 40 euros pour une passe contre 29,60 euros la consultation d'un médecin généraliste ! Et l'on s'étonne que les jeunes n'aient plus d'attrait pour le métier de médecin. Et si la Guyane, comme la métropole, est un désert médical, elle semble être une oasis prostitutionnelle !

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 19.06.2022

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 19.06.2022

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
3 commentaires
A la une
1 commentaire