France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
BRÉSIL

Un chef amérindien tué par des garimpeiros dans l’Amapà

Dimanche 28 Juillet 2019 - 14h29
Un chef amérindien tué par des garimpeiros dans l’Amapà
Les habitants du village Marirí ont fui vers le village Aramirã - DR

Vendredi, une cinquantaine d’orpailleurs clandestins armés a envahi le village de Marirí en territoire Wayampi, dans la ville de Pedra Branca do Amapari, à 200 km de Macapà. Un chef amérindien a été tué. Les autorités craignent une escalade de la violence.

Une information confirmée par le maire de la ville, Beth Pelaes. On ignore pour l’instant s’il y a d’autres victimes. Les habitants du village auraient fui vers un autre village amérindien "pour y mettre les femmes et enfants à l’abri", selon le journal Diario do Amapa. Les autorités autochtones ont demandé l’intervention de la police fédérale et ont menacé d’attaquer les envahisseurs si les forces de l’ordre n’intervenaient pas. Depuis, le bataillon des opérations spéciales (Bope) s'est rendu dans la région.

Samedi, le sénateur Randolfe Rodrigues a demandé l’intervention des autorités. « Il s’agit de la première invasion violente dans cette région en 30 ans, depuis la délimitation des terres autochtones dans l’Amapá. Nous devons réagir rapidement pour éviter un bain de sang”, a déclaré le sénateur. Au Brésil, l’affaire a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Le chanteur Caetano Veloso a lancé « un appel de détresse » pour les amérindiens Wayampi, « qui sont agressés et menacés » par les orpailleurs dans le Nord du Brésil. « Je demande aux autorités brésiliennes, au nom de la dignité du Brésil dans le monde, d’écouter ce cri”, a déclaré Caetano.
• PLUS DE DÉTAILS DANS NOTRÉ ÉDITION DE LUNDI

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
2 commentaires
A la une