France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
KOUROU

Un braqueur désarmé par un citoyen

Sébastien ROSELÉ Mercredi 04 septembre 2013
Un braqueur désarmé par un citoyen
José Mariéma, 34 ans, l'homme qui a interpellé le braqueur,s et l'arme utilisée par ce dernier (DR)

José Mariéma, 34 ans, a interpellé un homme qui venait, avec un complice, de braquer au couteau une adolescente.

« Je suis arrivé sur lui brutalement. Il était armé. Je ne pouvais pas faire ça à moitié. » José Mariéma, 34 ans, est un héros du quotidien. N'écoutant que son courage, l'homme que l'on connaît sous le surnom de « Souffrans » a arrêté un braqueur, l'a immobilisé et a ensuite prévenu les gendarmes. C'était dimanche midi. « J'étais en route vers chez moi, je venais de faire les courses. » Quand il arrive au rond-point de la médiathèque, au volant de sa voiture, il voit « deux gars de type européen courir. Je pensais que c'était des touristes. » Il continue à les suivre des yeux.
Les deux hommes se jettent sur une adolescente de 17 ans. « Elle est chétive. Elle fait 15 ans » , explique un gendarme. « Ils n'ont pas été courageux de s'attaquer à elle » , continue le militaire. Chaque braqueur a un couteau à la main. Pendant que l'un, situé derrière elle, l'attrape par le cou, l'autre se poste face à elle, le couteau menaçant. Tout en la tenant par la nuque, le voleur de derrière lui vole son sac qu'elle tenait en bandoulière.
Et c'est là qu'entre en scène José Mariéma. « Je me suis mis à klaxonner. Ils ont couru puis se sont séparés. J'ai suivi le gars avec le sac. » Le fuyard tente de se cacher derrière la médiathèque. « Le sachant armé, j'ai sauté sur lui et je l'ai désarmé. Nous nous sommes échangé des coups. » José Mariéma, la force de percussion et les coups de poing aidant, arrive à « sonner » le malfrat.
Pour achever de l'immobiliser, il s'assied sur lui et appelle les gendarmes. Un autre Kouroucien, entre-temps, est venu prêter main forte à José Mariéma.
« JE NE FAIS PAS DE SPORT »
Les gendarmes, eux, sont arrivés rapidement sur les lieux. « En deux minutes, ils étaient là » , se réjouit José. En écoutant le récit que fait le Kouroucien de cette arrestation, confirmé par les gendarmes en tout point, on se dit que l'homme doit être costaud... « Même pas! Je suis tout maigre et je ne fais pas de sport. » Il explique son geste par le ras-le-bol face à l'insécurité dans la cité spatiale. Et aussi... « quand j'ai vu l'adolescente agressée, je voyais ma fille » .
La victime n'a pas reçu de coups et n'a pas été blessée au cours de l'agression. Mais, très choquée, elle a reçu un arrêt de huit jours délivré par un médecin. Elle a récupéré son sac que les voleurs n'ont pas eu le temps d'ouvrir. Le mis en cause est un Marocain de 24 ans en situation irrégulière arrivé dans le département via le Brésil, où il n'y a pas nécessité d'avoir un visa. Il a été jugé hier (mardi), en comparution immédiate (1). Son complice n'a pu être arrêté. Les gendarmes le recherchent et saluent le courage de José Mariéma. Et espèrent secrètement que cette histoire fera des émules.
(1) Lire dans une prochaine édition le compte rendu de l'audience.


Agrandir le plan

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
12 commentaires

Vos commentaires

yoyo206 09.09.2013

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Tika973 06.09.2013
Humour..

C'était juste de l'humour , je ne souhaitais stigmatiser personne. Vous savez , je suis un grand défenseur du droit des étrangers et des nationaux (qui respectent la société dans laquelle ils vivent).
Mais il faut qu'en France (y compris en Guyane donc) , il faut arrêtez la langue de bois... Il y a un lien évident entre Délinquance et misère social , et la misère social vient d’où principalement ?! Je vous laisse devinez... Le problème c'est que ils y en as qui baissent les bras et qui se laissent emporter facilement dans la nébuleuse délictueuse , c'est ça que je regrette. Bien qu'il y ai aussi des Jeunes Français de Guyane , qui sont particulièrement influençable et qui tombent dans l'engrenage de la délinquance. Ce n'est donc pas qu'un problème d'Immigration et de misère sociale , mais de Culture.

Répondre Signaler au modérateur
klaws 05.09.2013
Perplexe...

Moi ce qui me gêne dans tout cela, ce n'est pas le caractère élogieux de l'article pour M. MARIEMA, c'est le fait que l'on incite a d'autres de faire pareil. Imaginez que ce voyou n'ai pas eu qu'un couteau mais une arme à feu...Quelle serait la conséquence de cet acte de bravoure??? La mort d'un père, d'un fils, d'un oncle etc... Je suis en effet pour l'acte de bravoure. Les gens pleins de courages sont en voie de disparition malheureusement mais ne nous trompons pas, ce n'est pas à la personne lambda de risquer sa vie pour faire régner l'ordre et la loi... A bon entendeur... Un grand merci à tous les héros qui ont horreur des injustices...

Répondre Signaler au modérateur
jmd61 05.09.2013
Félicitations

Bravo à vous ! Félicitations pour votre courage.

Répondre Signaler au modérateur
loulougirl 05.09.2013

D'accord avec vous sur les municipales... Oh lala, mais bon, les gendarmes ont attesté nous dit on... Quand même, c'est très troublant... Quel article élogieux!!! Une petite influence marseillaise peut être...? Les héros ont le vent en poupe! Et soufrans en est un apparemment... Non, franchement: LOL....

Répondre Signaler au modérateur
loulougirl 05.09.2013

Continuez vos constats débiles, il en restera toujours quelque chose. Les étrangers, l'ennemi de la France, c'est puant et toujours d'actualité apparemment. Je répète, c'est NUL.

Répondre Signaler au modérateur
Relena 04.09.2013

Idem, autant je salue, l'action citoyenne, Robin Hood réincarné lol?! Autant je me dis que cet article est du pain béni pour les futures municipales, quelques soit les futurs candidats en relançant le sujet de l'insécurité! Pô a pou mo aye fé jujitsu, bèt a raid là!! Je redeviens sérieuse: la jeune fille a du avoir une grosse frayeur, j'espère qu'elle va s'en remettre! Et que la justice sera sévère avec le prévenu!

Répondre Signaler au modérateur
aucun 04.09.2013
factuel

ne pas confondre stigmatisation et constat. indiquer qu'un problème de sécurité, en France ou en Guyane, est du fait d'étrangers (ou d'étrangers nationalisés) n'est pas de la stigmatisation, c'est un constat. un constat inquiétant, qui devrait faire réagir les citoyens autant que les politiques, mais ça reste un constat.

Répondre Signaler au modérateur
loulougirl 04.09.2013

Oh la! On stoppe un peu.... Même si on dit que c'est de l'humour noir, on se calme...! Cette façon de stigmatiser l'autre ou de conforter les stigmatisations....on se calme, on se calme!!!!par pitié . Ces gens la....non mais je rêve et vous vous êtes qui.....????? Mes potes marocains, moi je les aime bien et je les connais, honnêtes.... La guyane, cela devient grave de chez grave... On déshabille les bushinengue pour les marocains maintenant... Arrêtez le racisme primaire... Moi ce qui ma un peu surpris dans cet article, ce sont les propos élogieux sur ....souffrans!!!! Alors la, lol trois fois lol... Je dis pas qu'il n'est pas courageux, mais a ce point là des commentaires ouffff....

Répondre Signaler au modérateur
ASKATU 04.09.2013
ET VOILA !!!

ET voila que cela serve d exemple au policier de la PAF qui ne chasse que les Bresiliens pensant qu il n y a qu eux DE dangereux

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3