• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

Un an de prison ferme pour l'agresseur du squat

D. St-J. Mardi 03 septembre 2013
Un an de prison ferme pour l'agresseur du squat

Un dossier sensible a été jugé en comparution immédiate. Il mettait face à face des ressortissants haïtiens et guyaniens, vivant côte à côte dans le même squat, celui de Mangot à Cayenne.

L'affaire évoquée en comparution immédiate mardi a pour cadre le squat Mangot à Cayenne, le soir du 24 août, vers 20 h 30. Deux jeunes filles âgées de 13 et 15 ans affirment que le prévenu les a, de force, caressées par dessus leurs vêtements. Une d'elles a alerté son frère âgé de 16 ans qui est venu demander au prévenu de ne pas toucher ses soeurs. Pour se défendre face à l'homme, il a pris un couteau de cuisine... Il s'est fait désarmer et a été blessé à la main. La mère du jeune homme et d'une des filles qui arrivait sur son scooter a été frappée à son tour par le prévenu avec un morceau de parpaing. Son casque l'a protégée mais elle a été projetée à terre... Alertée, la police est arrivée pour mettre fin à la bagarre... Un dossier sensible, car il concerne des ressortissants haïtiens et guyaniens, vivant au quotidien côte à côte dans ce squat.
UNE AFFARE « AU JUGÉ »
À la barre, le prévenu nie l'agression sexuelle à l'origine de l'altercation. Il reconnaît à demi-mot avoir bu de l'alcool.
Les victimes, les deux filles, le garçon et la mère, réitèrent à la barre leurs accusations. Lors de ses réquisitions, le procureur souligne « le courage des deux jeunes filles de venir témoigner à la barre » et pense « qu'elles disent vrai » . Il ne porte pas crédit à la thèse d'un complot soutenu par le prévenu. Une peine de deux à trois ans est requise avec mandat de dépôt. « Je cherche à savoir la vérité » , souligne Me Jérôme Gay qui assure la défense. Pour lui, les victimes, qu'il trouve « peu traumatisées » , ont fait des déclarations différentes. L'avocat aurait souhaité plus d'investigations et une expertise psychologique plus poussée... « Ce qui est sûr, c'est qu'il y a eu une bagarre. Le reste, j'ai l'impression que c'est au jugé... »
Après délibérations, Wilmel Valmont est reconnu coupable des faits d'agressions sexuelles sur mineurs et violences avec arme. Il est condamné à deux ans de prison dont douze mois avec sursis. Il est maintenu en détention. Une audience civile est programmée pour le 4 novembre afin de définir le préjudice des victimes.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos