• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

Tróp Violans de nouveau face à la justice

S.R. Mardi 7 Septembre 2021 - 14h00
Tróp Violans de nouveau face à la justice
4 mois de prison avec sursis ont été requis contre Yvane Goua, coordinatrice de l'intervention sociale et professionnelle et figure de proue des manifestations depuis le début de la crise sanitaire. - D.R.

 Ce mardi, la porte-parole du collectif Tróp Violans Yvane Goua comparaissait devant le tribunal correctionnel pour répondre d’un outrage sur un gendarme originaire de la Réunion et âgé de 25 ans commis le 21 juillet 2020. France-Guyane a assisté à l’audience. Compte-rendu :

 7h30 du matin. Comme d’accoutumée, ce nouveau procès invitant à comparaître un membre du collectif Tróp Violans mobilise un dispositif important de gendarmes. On en compte une dizaine à l’embranchement de la rue des Alamandas avec l’entrée du tribunal judiciaire du Larivot. Le double devant le grillage, sur le parvis de l’édifice. Ce matin-là, Yvanne Goua, porte-parole de Tróp Violans depuis 2018, compte ses soutiens et ovationne les quelques membres qui ont fait le déplacement, sans trop faire du grabuge.

Avant de passer le poste de contrôle, elle s’adresse directement aux différents commandants de la gendarmerie. « Tout ça pour moi ? ». Une ambiance qui n’était pas sans rappeler celle, plus brûlante, du 11 mars 2021 au cours du procès des « Grands Frères » Achille, Frédéric Jean-Baptiste, Serge Nugent et Sébastien Da Silva. Ces derniers étaient présentés au tribunal pour avoir « forcé » les occupants d’un squat de la rue Madame Payé à quitter les lieux.

Ce jour, Yvane Goua devait répondre d’un acte tout autre, également commis en marge d’une manifestation qui a fait grand bruit dans le chef-lieu. Le 21 juillet 2020, à l’appel du Mayouri Santé Guyane, une mobilisation venait sonner le glas du premier confinement. Au départ de la place Schoelcher, près de 200 personnes avaient marché jusqu’à la préfecture, symbolique des manifestations de « révolte populaire » depuis les balbutiements de la crise sanitaire.

Sur la page Facebook du collectif, Yvane Goua démarrait alors un live qui allait durer 48 minutes, encore visionnable aujourd’hui. Sur place, la tension est à son comble, et plusieurs personnes - désormais convoquées en justice le 14 octobre - embrasent la façade de la préfecture. « Les esprits s’échauffent, des gendarmes sont présents et un certain nombre d’entre eux se positionnent devant la préfecture » rappelait à la barre Fabienne Landry, avocate du requérant.
Pas de plainte, mais un signalement
Parmi les militaires du « barrage filtrant », on pouvait notamment retrouver Henrick Pedro, un gendarme originaire de la Réunion et âgé de 25 ans. Un individu, qui participait vraisemblablement à la manifestation, tente alors de récupérer un deux-roues motorisé derrière le barrage de gendarmes ainsi mis en place. Henrick Pedro et ses cinq années dans les rangs de la gendarmerie, en plus d’un physique qui dissuade, l’en empêchent. Le militaire essuie ensuite une salve d’insultes. Parmi elles, on peut notamment entendre « nègre de salon » à plusieurs reprises…

Malgré la violente brimade, qui l’aurait laissé « atterré » selon les dires de Me Fabienne Landry, le gendarme ne dépose pas plainte. Mais un signalement est adressé au Procureur de la république Samuel FInielz quelques semaines (mois ?) plus tard. Résultat, Yvanne Goua était convoquée le 3 mars 2021 par un officier de police judiciaire au commissariat de Cayenne. Refusant de se soumettre aux tests d’empreintes, elle agrémentait alors d’une troisième infraction les chefs de poursuite retenus contre elle, soit "l'outrage à personne dépositaire de l'autorité publique" et "injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion". En fin de journée, la porte-parole de Tróp Violans s’était vue remettre une convocation par officier de police judiciaire au tribunal correctionnel de Cayenne.

Yvanne Goua, qui se définit elle-même comme une personne « de notoriété publique » s’adressait-elle directement au gendarme au moment où elle proférait ces offenses ? Qu’est-ce qui permet d’établir qu’il s’agissait de sa voix dans le live ? Peu d’éléments selon ses trois avocats - Me Louze-Donzennac, Me Leblanc et Me Lama- permettent d’aller dans ce sens. De surcroît, plusieurs « tâches » dans la procédure ont été pointées du doigt ce matin, notamment l’adresse de convocation d’Yvanne Goua, à la cour d’appel de Cayenne … « On met des moyens pour titiller la population, les agacer, les énerver et cette population réagit » lançait dans un premier temps Yvanne Goua.

Avec un casier judiciaire vierge, cette ancienne consultante dans les systèmes d’information et les ressources humaines est revenue en Guyane en 2018 pour devenir porte-parole du Mayouri Santé. « Cette convocation-là est intéressante parce que j’ai déjà entendu des policiers insulter des jeunes et ils n’ont jamais de convocations. Je mets au défi les gens de dire que j’injure. Tróp Violans n’a pas de problème de races, j’ai des membres qui sont métro’, noirs, jaunes… » lançait-elle à la présidente de l’audience, rappelant qu’elle a notamment vécu près de 10 ans dans la Seine-Saint-Denis (93) avant de se consacrer à 100% pour Tróp Violans, collectif au sein duquel elle est en contrat de professionnalisation pour devenir coordinatrice de l’intervention sociale et professionnelle.

« J’ai démissionné du bureau pour me mettre au service de l’association » expliqua-t-elle. L’association, qui « accompagnait » une trentaine de personnes en 2019, en compte aujourd’hui plus de 200 avec pour leitmotiv l’aide aux jeunes à sortir de la délinquance et la lutte contre l’insécurité.
"Politique du bâton"
Après avoir rejeté les demandes de nullité de la procédure en provenance de la défense, la substitute du Procureur Gaëlle Reverter a tenu à recontextualiser : « la liberté de manifester n’est pas absolue et a des limites. On ne va pas faire le procès de la notion de race, on est là pour se prononcer sur des propos tenus à l’occasion d’une vidéo présentée tout à l’heure. Ce que je constate, c’est qu’ Yvane Goua est une personnalité publique et que sa voix est assez représentative et reconnaissable. »

Compte tenu de la « gravité » des ces propos « détestables » selon la représentante du ministère public, une peine de 4 mois d’emprisonnement avec sursis assortis d’une amende de 500€ a été requise contre Yvane Goua.

Peu avant ces réquisitions, Me Leblanc questionnait sa cliente sur une partie du dossier qui a donné du fil à retordre aux débats : « considérez-vous que nègre de salon est une insulte ? » « Quand j’ai reçu la convocation je me suis dit « mince » répond Yvane Goua, avant de poursuivre : nègre de salon ça n’existe pas. Il y a nègre de maison, nègre des champs… Ce n’est pas une insulte mais une catégorisation. »

« J’ai beaucoup de peine pour M. Pedro, car il n’a pas intégré le fait d’être un nègre. Je pense qu’il est instrumentalisé car les faits datent du 21 juillet 2020 et il n’y a eu aucune plainte. Puis brusquement, un signalement a été fait au Procureur de la République » a fait valoir Me Louze-Donzenac, également en charge de la défense d’Yvane Goua.

Citant tour-à-tour Léon-Gontrand Damas puis Aimé Césaire, Me Leblanc l’assurait : « il faut du recul pour comprendre l’histoire. » Appuyé de près par son confrère Me Lama, qui faisait part d’une instrumentalisation progressive des manifestations : « Nous sommes en train de faire fausse route au niveau de tout ce qui se passe en Outre-mer. Il y a un fossé entre les institutions et la population. En menant cette politique du bâton, on est en train de continuer à creuser le fossé. » Reste à savoir dans quel sens ira le denier coup de pelle. Le délibéré sera rendu le 21 septembre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

Patriote 16.09.2021
Raciste et haineux

Cette personne ( pas la seule ) est haineuse et raciste , j'en ai fait les frais sur Facebook alors que j'essayais de lui expliquer les dangers d'un appareil pour l'aéroport, je me suis fait insulter par cette furieuse qui ne se prends pas pour de la M...
Alors que je suis noir j'ai eu droit à des insultes de sa part et bien sûr impossible de lui répondre car après ces insultes elle a vite fait de me bloquer , curieuse procédés pour des gens qui parlent de fachisme,Ils le sont 10000 fois plus que ceux qu'ils dénoncent.
Au début Je les soutenaient aujourd'hui je ne peux plus les voir en photo...

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 09.09.2021

Ha mince!

JAYJAY et tristounet quand on combat la bêtise humaine par la dérision.

JAYJAY, dite moi une bonne raison de prendre tout ca au sérieux?

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 08.09.2021
Toujours les memes haineux

qui font des comentaire "desobiligent"... sa me degoute votre haine et votre derision des Guyanais. Stop crachez sur la Guyane!

Répondre Signaler au modérateur
bozo 08.09.2021
Après le sursis, la Jôle

Avec toutes les conneries qu'ils font, ils finiront peut-être en taule.
Trop méchant, trop raciste, trop violent...

Répondre Signaler au modérateur
Josse 08.09.2021
emploi fictif payé par les subventions

"...est revenue en Guyane en 2018 pour devenir porte-parole du Mayouri Santé...."

Quelle ambition et belle promotion professionnelle.
Un exemple pour notre société d'assistés.



"...elle a notamment vécu près de 10 ans dans la Seine-Saint-Denis (93) avant de se consacrer à 100% pour Tróp Violans, collectif au sein duquel elle est en contrat de professionnalisation..."


Mais qui peut bénéficier du contrat de professionnalisation ?
Le contrat de professionnalisation s'adresse aux personnes suivantes :
- Jeune de 16 ans à 25 ans révolus (26 ans moins un jour) pour compléter leur formation initiale.
- Bénéficiaire du RSA.
- Bénéficiaire de l'allocation de solidarité spécifique (ASS)



Tiens donc, nous avons donc là une personne embauchée par une association, payée à coups de subventions, et avec un contrat sociale pour personne assistée !!!!


C'est assez incroyable que ces gens qui ne représentent personne à part eux-même, soient en permanence entrain de critiquer la main qui les nourrie.

Répondre Signaler au modérateur
HIHIHI 08.09.2021
c'est émouvant

On peut lire une grande ouverture d'esprit dans son regard.

La photo est parfaite!!

Répondre Signaler au modérateur
g6d 08.09.2021

En dehors de manifester son opposition à tout et n'importe quoi, et de tenter des coups meduatiques, quelle realisation peut on mettre au crédit de Trop violans ?.

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 08.09.2021
La main dans le sac ????

Allô allô le juge ! geygey-5 aussi ! Prenez un abonnement à FG et vous trouverez les preuves écrites !

Répondre Signaler au modérateur
TropCtrop 08.09.2021

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
13 commentaires
4 commentaires
A la une
2 commentaires
8 commentaires
1 commentaire