France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Travailleurs clandestins et marchandise irrégulière sur la tapouille

HRE Dimanche 17 Mai 2020 - 11h18
Travailleurs clandestins et marchandise irrégulière sur la tapouille
Photo : Direction Territoriale de la Police Nationale

Cette semaine, les patrouilleurs de la Police aux Frontières et des Douanes ont mis fin aux agissements d'un passeur entre le Brésil et la France à Saint-Georges de l'Oyapock.

Mercredi, lors d'une patrouille les policiers remarquent une « tapouille » de pêche battant pavillon français venant du Brésil qui s’apprête à accoster à St-Georges.

Ils procèdent à son contrôle, assistés de la Douane et découvrent qu’un des marins Brésilien, travaillant sur le bateau aux cotés du propriétaire et du capitaine, est en séjour irrégulier.

Poussant plus loin leurs investigations, ils découvrent 6 clandestins Brésiliens dans la cale du bateau, cachés derrière des marchandises.

Placé en garde à vue par les enquêteurs de la PAF, le propriétaire de la tapouille a reconnu les faits de Travail dissimulé et trafic de migrants.

Les 7 étrangers en situation irrégulière ont été remis à la Police Fédérale Brésilienne, 85 kg de viande  et 300 litres de carburant ont été saisis par les douaniers.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Nespresso 17.05.2020

J'espère au moins qu'ils vont couler la tapouille ou y mettre le feu ou la détruire de manière écologique !

Répondre Signaler au modérateur
Laurent du maroni 17.05.2020
Orpaillage

Concernant les clandestins ; si ils craignaient des sanctions efficaces, ils ne prendraient pas le risque de venir faire de l'orpaillage illégal en Guyane. A Saint Laurent les orpailleurs surnomment les patrouilles de surveillance "Les caresses"...

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 17.05.2020

Oh oh des travailleurs clandestins ? Dans quel domaine ? La manucure ? C’est un mot d’ordre officiel ? Ne pas mentionner l’orpaillage ? L’état aurait il peur d’être contraint d’éradiquer l’orpaillage illégal? Peur d’une réaction irraisonnée de Bolsonaro ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
A la une
2 commentaires