• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS DIVERS

Saint-Laurent : l'ambiance continue de se dégrader dans les établissements scolaires

Samuel ZRALOS Jeudi 19 Mai 2022 - 14h38
Saint-Laurent : l'ambiance continue de se dégrader dans les établissements scolaires
Cet incident n'est en effet que le dernier d'une série d'événements qui secouent depuis plusieurs années, avec une intensité croissante, l'éducation nationale dans la capitale de l'Ouest.

Une bande de jeunes armés a surveillé les enseignants à la sortie des cours, au lycée Lumina-Sophie de Saint-Laurent du Maroni, à la suite d'une altercation. Un fait-divers qui s'inscrit dans une longue liste de violences autour des établissements de la ville de l'ouest.

 Lundi, 14h15, deux enfants, âgés de 12 ou 13 ans selon les témoins, font du vélo entre les voitures dans le parking du lycée Lumina-Sophie. Une professeure, qui préfère rester anonyme, leur demande de partir et reçoit en réponse une bordée d'injures. Sous l'impulsion d'un surveillant, les deux garçons finissent par s'en aller. L'incident, tristement banal dans les établissements scolaires de la ville, aurait pu en rester là.

Sauf qu'à 17h30, heure de sortie de beaucoup des personnels, une douzaine d'individus plus âgés sont présents à proximité du lycée.

Armés de bâtons, ils font ralentir les véhicules et scrutent leurs occupants, visiblement à la recherche de quelqu'un d'après des personnes présentes sur les lieux. Sept de ces jeunes, toujours équipés d'armes de fortune, reviendront le lendemain, plus proches encore du lycée, pour recommencer leur recherche.
Une longue série de violences

S'il n'est pas possible d'affirmer avec certitude l'objectif de ces jeunes, parmi le personnel tous sont convaincus qu'ils étaient à l'affut de l'enseignante qui a interpellé les cyclistes du parking. Cette dernière, pour qui « la violence vient de l'extérieur de notre petit lycée » se montre « inquiète » de son développement sur la ville.

Cet incident n'est en effet que le dernier d'une série d'événements qui secouent depuis plusieurs années, avec une intensité croissante, l'éducation nationale dans la capitale de l'Ouest. De l'attaque au couteau d'un professeur du lycée Bertène-Juminer en septembre aux tentatives d'incendie de deux collèges ces derniers mois, l'année scolaire en cours a été particulièrement agitée, sans que les personnels ne voient de solution pérenne.

Cercle vicieux sur la ville

La situation semble d'autant plus inextricable aux yeux des acteurs de l'éducation qu'elle dépasse le seul cadre scolaire, dont elle touche pourtant toutes les composantes. « Nos gamins sont agressés. A deux cent mètres du lycée ils ne sont pas en sécurité », témoigne une enseignante, qui prend pour exemple le récent braquage à l'arme à feu de deux élèves en route pour leur journée de cours.

Le cercle vicieux est connu : dès le collège, nombre d'élèves viennent à l'école armés, pour se protéger sur la route, des armes qui renforcent ensuite les risques de problèmes au sein des établissements. « On est en train de construire une prison qui sera rapidement blindée [au lieu] d'attaquer le problème à la racine » résume un habitant, très impliqué dans la vie locale. « L'avenir de la jeunesse n'est pas prioritaire pour les responsables au pouvoir. Hier c'était des bagnards, demain ce seront les jeunes de Saint-Laurent qui seront enfermés, l'histoire ne nous a pas appris grand chose. »

• LIRE AUSSI - Saint-Laurent: les profs défilent contre l'insécurité et le délabrement des écoles

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

Laurent du maroni 19.05.2022
Mauvaise accoutumance

Vous ne publiez (montrez) que le sommet de l'iceberg mais c'est déjà bien de le faire...

Agressions au couteau à l'intérieur des établissements, intimidations et menaces répétées de la part de jeunes qui errent autour des lycées, jets de pierres sur les bâtiments, dégradations des véhicules sur les parking des établissements scolaires...

Ici (à SLM)le rôle de l’École n'est pas celui qu'il devrait être, ses missions prioritaires sont : 1 - Eviter que les gosses trainent dans la rue, 2 - Donner l'occasion à beaucoup d'avoir des documents scolaires pour ne pas se faire expulser et par la suite obtenir des documents favorisant leur séjour 3- Faire de l'éducatif à l'Occidentale 4 - Essayer de faire de la pédagogie adaptée au niveau des jeunes ...

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 20.05.2022

" 2 - Donner l'occasion à beaucoup d'avoir des documents scolaires pour ne pas se faire expulser et par la suite obtenir des documents favorisant leur séjour"

Eh oui. Preuve que l'idéologie à la Bellod emporte depuis des décennies... Les "Syriens" de Cayenne ne représentant qu'un fait divers subatomique.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 21.05.2022

L’éducation comme droit fondamental reconnu internationalement. C’est bien l’idéologie progressiste dominante du moment…

https://fr.unesco.org/themes/droit-a-education/obligations-etats
https://www.right-to-education.org/fr/page/le-droit-international

Et en fait, à bien y regarder, ce genre d’idéologie contraire, bien en rase-motte, qui cautionnerait ouvertement l’interdiction de l’école à des gamins, ça n’existe pratiquement pas dans le monde… Même chez les plus craignos. Sans doute dans quelques sectes, probablement. Et quand bien même l’humanité descendue de l’arbre y remonterait finalement, pour s’abaisser à ce genre d’atteinte aux droits de l’enfance… Cette illumination fantasque, peut-être tirée du petit Raoult illustré de la gestion des pandémies migratoires infinies… qui miserait donc sur une privation de scolarité pour dissuader l’afflux d’immigrés, c’est plutôt de l’amateurisme niais sur le plan sociologique. Et qui plus est une énième facette ou facétie cynique du concept de l’appel d’air. Accordez-leur n’importe quel droit fondamental… Et vous les encourager à venir ou rester. Et pourtant, l’âme du colon assurément la plus morte, n’est-elle pas aussi celle qui consent à se laisser à son tour envahir, pour accueillir… T’es arrivé en braqueur occidental conquérant dispenser tes civilités, ça t’a plut t’es resté… Le seul moyen de sauver un minimum la face, c’est bien de conserver un semblant de civilité envers le nouveau conquérant…








Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 20.05.2022
en gros

vous voulez "reconpensé" les criminels... si y sont pas reguliers faut expulsez et non leur dire "bravo continuez comme sa"... dehors!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
3 commentaires
5 commentaires
A la une