France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Retour proche pour Nelly Erin

Vendredi 22 février 2019
Retour proche pour Nelly Erin
Hier, la libération et le retour de Nelly Erin sur le sol français étaient annoncés comme imminents. - DR - Pierre-Yves CARLIER

« On y est presque ! », ont indiqué, mercredi, les autorités françaises en Iran aux proches de cette Martiniquaise de 59 ans, emprisonnée dans ce pays du Moyen-Orient depuis le mois d’octobre et dont l’état de santé se dégradait selon les dernières informations communiquées à sa famille.

Les proches de Nelly Erin ne sont pas loin du soulagement. La Martiniquaise de 59 ans est emprisonnée en Iran depuis octobre. Son état de santé se dégrade.

Prise en charge par la diplomatie française dans la capitale Téhéran, elle aurait déjà quitté son lieu d’incarcération. Les con-ditions de cette libération restent secrètes. Les informations sont livrées au compte-gouttes.

En attendant, c’est déjà un grand soulagement pour Patricia Gros-Desirs Dicanot, une amie de Nelly Erin. Depuis Paris, elle avait activé un compte Leetchi pour tenter de réunir les 40 000 euros de sa caution libératoire. Un montant loin d’être atteint sur le compte en ligne. Mercredi, personne n’était en mesure de dire s’il avait été réuni par ailleurs. En début de semaine, Patricia Gros-Desirs Dicanot affirmait : « On est loin de l’objectif. Seule une trentaine de personnes ont répondu à cet appel sur les réseaux sociaux. »

« Une affaire délicate »

Au même moment, les proches de la Martiniquaise, suite à des informations du consulat de France en Iran, s’étaient inquietés de la dégradation de l’état de santé de Nelly Erin. Ces derniers jours, la Martiniquaise, souffrant d’hypertension et sujette à des malaises cardiaques, se serait vue diagnostiquer une anémie par les médecins de la prison. Gérard Lacom, son oncle vivant en Martinique, avait déclaré à FA Martinique que son inquiétude la plus forte n’était pas tant le moral de sa nièce que sa santé physique.

Est-ce l’élément qui a conduit à sa libération ? Et qu’en est-il des charges retenues contre elle ? Mercredi, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, la députée Josette Manin a interpellé le ministre des Affaires étrangères sur « l’avancée des pourparlers avec la gouvernement iranien pour la libération de notre compatriote ». Jean-Yves Le Drian, en réponse, a rappelé le caractère « délicat de cette affaire », insistant sur la « discrétion » souhaitée par la famille.

Mercredi, l’annonce encore confidentielle de sa libération imminente a aussi été accueillie avec soulagement du côté de Nanterre (Hauts-de-Seine). Des élus d’origine antillaise s’étaient mobilisés, « outrés » qu’une compatriote puisse être ainsi incarcérée pendant plusieurs mois, sans que personne n’en fasse état.

D. P.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
A la une
2 commentaires