• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Rémunération des prêtres : le débat passe au niveau national

Daniel SAINT-JEAN Mardi 17 juin 2014
Rémunération des prêtres : le débat passe au niveau national
Le président du Conseil général Alain Tien-Liong a réagi avec fermeté en contestant la décision du Tribunal administratif. Il porte l'affaire au niveau national (DSJ)

Suite au recours des prêtres, le tribunal administratif a ordonné le rétablissement de leur rémunération par le Conseil général. Alain Tien-Liong conteste la décision et demande à l'État de rembourser les salaires versés depuis la départementalisation.

Le tribunal administratif a écouté vendredi dernier les arguments des avocats représentant le clergé guyanais de l'église catholique et le Conseil général suite à la décision de ce dernier de mettre fin à la rémunération des 24 prêtres (lire ici notre édition de samedi). La décision est tombée hier en fin de matinée. Le Tribunal administratif ordonne la suspension des 26 arrêtés du président du Conseil général du 30 avril 2014, mettant fin à la prise en charge, sur le budget départemental, des membres du clergé « jusqu'à ce qu'il soit statué au fond sur la légalité de ces décisions » .
Le juge des référés demande donc au Conseil général de reprendre le versement des 2 000 euros de rémunération aux 26 requérants et de leur verser 300 euros pour les frais de justice (7 800 euros). La réaction du président Alain Tien-Liong ne s'est pas fait attendre. Dès la décision connue, il annonce qu'il la conteste parlant « d'une anomalie de l'histoire » . Le Conseil général va se pourvoir devant le Conseil d'État pour faire annuler cette décision.
DES ÉCONOMIES AU PROFIT DES POMPIERS
Rappelant la situation difficile des finances de la collectivité départementale, le président Alain Tien-Liong se montre catégorique sur le versement des salaires aux prêtres : « On ne le fera pas car on ne peut pas le faire » . Et de préciser : « Qu'au niveau budgétaire, le million d'euros des salaires des prêtres a été transféré au Sdis pour rémunérer les 23 pompiers qui viennent d'être recrutés » .
Il évoque les économies demandées par le gouvernement et y répond « en réduisant » les dépenses avec l'arrêt de la rémunération aux clergés.
Face à cette décision, le président entend « continuer le combat » et engage des poursuites à l'encontre de l'État en lui demandant le remboursement des salaires versés aux prêtres depuis la départementalisation de 1946. Il précise : « La récréation est terminée!
Pour le concordat en Alsace-Moselle les différents cultes catholique, protestant, musulman sont rémunérés par l'État et non par la collectivité départementale. »
En entamant des poursuites contre l'État, l'affaire se poursuit sur le terrain politique au niveau national.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
12 commentaires

Vos commentaires

boutillion 18.06.2014

vu , les impôts et taxes que je paie . au prochain baptême de mes enfants je ne devrait pas paie .pourquoi la Guyane est elle condamné a paie les prêtes alors quand France sa n'existe plus .sommes nous les seule couillon?

Répondre Signaler au modérateur
BonPom 18.06.2014

Nous ne sommes pas "les seule couillon" puisque en Alsace Moselle, les prêtres sont aussi payés par les impôts et taxes (la différence est qu'en Alsace Moselle, c'est sur le budget de l'Etat et ici, sur le budget du département).
Le Baptême n'est pas une obligation : si vous pensez être un "couillon" quand vous participez au financement de l'Eglise, ne baptisez pas vos enfants.

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 18.06.2014

Tien long attaque "verbalement" l'Etat. Parce qu'au niveau des actes, on ne voit pas grand chose venir, à se croire dans les services techniques du conseil général...
On est en plien mélange des genres. Le SDIS ne devrait pas être financé par le département mais par les communes. Ce fameux million du conseil général, il pourrait être payé en recouvrant les impayés de certaines communes. Par ailleurs, si il n'existe plus de budget pour financer les dépenses obligatoires (dont les décisions de justice), le préfet à le pouvoir d'augmenter les impôts pour le créer.
Et pour faire pièce aux raccourcis faciles de Tien Long, rappelons que le concordat d'Alsace Lorraine est un traité entre deux états souverains, alors que la loi de 1828 n'est qu'une simple loi, et que, la majorité du conseil général a dans ses affidés un député et un sénateur, et que ce dernier n'étant débordé que par son absentéisme doit avoir largement le temps de déposer un projet de loi.
Mais est-ce vraiment le but ? Tien Long ne serait-il pas en service commandé pour quelque église protestante voulant se payer du catho ?

Répondre Signaler au modérateur
Melville 18.06.2014

Effectivement, il suffisait d'y penser.

Répondre Signaler au modérateur
BonPom 17.06.2014

Que M. Tien Liong ait raison (ou pas) sur le fond de ne plus payer ces prêtres, ces "employés" ont des droits comme tous les salariés du Conseil Général.
Est-ce que ces droits ont-été respectés lorsque M. Tien Liong décide de ne plus prendre en charge leur rémunération ?
Et pourquoi avoir attendu cet épisode pour aujourd'hui demander un remboursement à l'Etat des salaires versés si cette demande est légitime ?
Le droit du travail, les délais de prescription (depuis 1946 !), etc. sont des règles que doivent aussi respecter M. Tien Long... quitte sinon, à voir ses décisions désavouées par les tribunaux.

Répondre Signaler au modérateur
Melville 17.06.2014

Cette affaire, quelle qu'en soit l'issue, aura pour effet d'élever Alain Tien-Liong au rang de poids lourd à part entière de la scène politique guyanaise. C'est dans ce sens qu'il faudrait plutôt inscrire la contre-attaque du Président du Conseil général dans la perspective de 2015, pour les élections de la Collectivité territoriale. Il n'est pas de hasard en politique, et Alain Tien-Liong se révèle bien plus fin et bien plus habile qu'on le pense.

Répondre Signaler au modérateur
kiki973 17.06.2014
C'est une bonne analyse

Le plus triste de l'affaire, c'est qu'un petit politicard minable va se donner une stature de grand stratège...Il faudrait pas y voir la re-naissance d'un Monnerville ou d'un Eboué.Pauvre Guyane, on avait pas besoin de cette guerre de religion... Frère Jean des Entommeures s'empare du costume du petit père Combes pour une nouvelle guerre picrocholine ! Monseigneur, on est avec vous mais ne vous déballonnez pas.

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 18.06.2014

Tien Long poids lourd de la politique ? Et pourquoi pas futur académicien et défenseur de la langue française ?

Répondre Signaler au modérateur
rienaciré 18.06.2014

les poids lourds de la politique en guyane ont tellement fait pour la guyane (qui sont ces poids lourds (vivants) et qu'est ce qu'ils ont fait)

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 19.06.2014

On pourrait peut-être plutôt penser que nos poids lourds de la politique en Guyane sont des poids un peu lourds

Répondre Signaler au modérateur
maison 19.06.2014
Jay plutovussa

Poids lourds de la politique!!?? Ils (certains) sont plutôt légers..euh ...bon ...bref. Pauvre guyane

Répondre Signaler au modérateur
Melville 20.06.2014

Vous êtes, une fois de plus, dans la dérision et le mépris quand il s'agit d'élever chaque jour davantage le niveau du débat politique. Dieu seul sait si pourtant il y a des arguments à opposer à l'actuelle classe politique guyanaise, en particulier à Alain Tien-Liong.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
5 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire
2 commentaires