France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Qui volera au secours de la Martinique ?

Mercredi 17 avril 2019
Qui volera au secours de la Martinique ?
L'hélitreuillage Dragon 973 de la sécurité civile. - DR

L’île se retrouve sans appareil de secours. Mais l’hypothèse du départ de l’hélicoptère de la sécurité civile de Guyane ne passe pas.

Situation inédite en Martinique : en plus de l’immobilisation technique de Dragon 972, l’hélicoptère de la sécurité civile de l’île, les autres aéronefs potentiellement opérationnels sont tous indisponibles. La piste guyanaise, qui fait polémique, reste à l’étude mais non confirmée à ce jour.

L’hélicoptère de la gendarmerie, Griffon 972, passe actuellement sa visite technique réglementaire. Les deux Panther des frégates de surveillance des Forces armées aux Antilles (FAA), Ventôse et Germinal, ne sont pas opérationnels non plus.

L’an passé, Dragon 972, chargé des opérations de secours, de sauvetage et de recherches, a réalisé pas moins de 900 missions, essentiellement en Martinique mais également sur le littoral proche. Près de 800 personnes ont été secourues par ses soins en 2018. Il peut être sollicité plus exceptionnellement pour intervenir sur les îles voisines (Sainte-Lucie ou la Dominique).

Aujourd’hui, les dommages subis début avril ne lui permettent plus d’assurer ces missions. En percutant les lignes à haute tension, le câble de son treuil s’est rompu. « En apparence, il s’agit de dommages superficiels puisqu’ils n’ont pas empêché l’hélicoptère de retourner à sa base du Lamentin, indique Denis Vuillemin. « Mais il est hors de question de prendre le moindre risque ou de laisser un doute. L’appareil doit être entièrement analysé, ausculté et remis en état de marche selon un protocole de vérification très complet. » Demain normalement, Dragon 972 va être acheminé à Nîmes (Gard), à la base avions de la sécurité civile (BASC) de Nîmes-Garons pour une révision totale.

Sa durée d’indisponibilité est inconnue. Du coup, au plus haut niveau de l’État, au ministère de l’Intérieur, voire dans les services du Premier ministre, les autorités réfléchissent à une solution de remplacement pour la Martinique. Lundi, l’arrivée de Dragon 973, l’hélicoptère de la sécurité civile de Guyane, nous a d’abord été confirmée par la préfecture avant ce qui ressemble à un rétro-pédalage.

Du coup, jusqu’à présent, aucun interlocuteur ne souhaite s’avancer sur la solution retenue pour le remplacement de Dragon 972. Certaines sources évoquent aussi la Guadeloupe, qui a également son hélicoptère.

La Guyane semble — ou semblait— tenir la corde car, malgré la taille du territoire, elle héberge l’ensemble des moyens aériens des Forces armées aux Antilles (FAA). Hélicoptère de France (HDF), sous contrat avec le Samu, a aussi ses appareils. Reste que Dragon 973 est le seul hélicoptère à pouvoir voler de nuit.

Rodolphe LAMY

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
A la une