• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS DIVERS

Pour une partie de dominos, il donne des coups de hachette à sa victime

Gaëtan Tringham (g.tringham@agmedias.fr) Mardi 12 Juillet 2022 - 16h09
Pour une partie de dominos, il donne des coups de hachette à sa victime
Lors de l'agression de ce 10 juillet à Saint-Laurent-du-Maroni - Capture d'écran réseaux sociaux

Ce week-end, des vidéos choquantes ont été diffusées sur les réseaux sociaux, illustrant un homme assenant de multiples coups de couteau-hachette à une victime allongée au sol, à Saint-Laurent-du-Maroni. Ce qui s'est réellement passé. 

 Un homme allongé dans l’herbe, au sol, en train de subir de multiples de coups de hachette, sous les cris d'effroi des personnes assistant à la scène. Vous avez peut-être vu ces images ultraviolentes, diffusées sur les réseaux sociaux depuis ce week-end.

Les faits se sont déroulés le 10 juillet dernier, au quartier Vampires de Saint-Laurent-Du-Maroni.

Le motif de cette agression sort de l’ordinaire. Selon des images de vidéosurveillance que nous avons pu consulter, et selon la gendarmerie contactée ce 12 juillet, la dispute entre les deux hommes aurait été engendrée par une partie de dominos. Les deux individus seraient entrés en désaccord. Le suspect, un homme né en 1997, n’aurait pas souhaité donner l’argent parié au moment où il a perdu la partie.

Une fois la tension montée, l'agresseur serait allé récupérer une hachette dans une supérette à proximité et s’en ai pris à la victime avec cet ustensile.

La victime, née en 1987, a subi des coups aux quatre membres ainsi qu’à la tête. L'agresseur présumé a ensuite pris la fuite. Proche des lieux, la gendarmerie s’est rapidement rendue sur place pour prodiguer les premiers soins et empêcher le sang de la victime de s’écouler. Transportée à l’hôpital, elle s'est faite opérer, mais est depuis hors de danger.

Autre élément à considérer : les images de vidéosurveillance semblent témoigner d’une part de responsabilité de la victime des coups de hachette. Elles l’illustrent s’en prendre au premier suspect avec un tesson de bouteille, et ce, avant qu’il ne réplique avec la hachette.

Dans une autre témoignage diffusée sur les réseaux sociaux, le principal blessé s'exprime, depuis son lit d’hôpital, sur les faits. En Sranan tongo, il indique entre autres : « Grâce à dieu, ça va de mieux en mieux. Là où j’ai le plus mal c’est à la jambe. […] Je ne sais pas pourquoi il a fait ça, cette histoire part de rien du tout. »

L’homme victime des coups a obtenu 30 jours d’ITT, apprend-on encore.

L’auteur présumé de l’agression à la hachette a été interpellé dans la foulée et placé en garde à vue. Déféré devant le parquet ce jour, une ouverture d'information judiciaire a été demandée.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

MauriceSlm 13.07.2022

violence ordinaire dans un endroit oublié de Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 13.07.2022

On se demande juste ce qui se serait passé pour la victime, si au lieu de se contenter d’une machette, le timbré avait pu se procurer facilement une arme, genre au Walmart du coin, comme aux states…

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 13.07.2022
helas

sur whatsapp, je recois casiment que sa: video de "masacre" brézil, haiti ect...

Répondre Signaler au modérateur
den97300 13.07.2022

Nous sombrons toujours plus dans la violences. Que faudra t il encore pour que les élus, les politiques comprennent que la lutte contre la violence doit être au cœur de toutes les préoccupations ??? on ne cesse de le dire. La violence règne en maîtresse en Guyane. Il n'y a pratiquement que ça. Pas une semaine ne se passe sans que l'on lise de tels phénomènes. Ça en devient normal à force. Et personne ne fait rien.....Hormis les associations. Lutter contre les violences, lutter contre le trafic de drogue, voilà ce sur quoi les politiques devraient se concentrer. On en est là. Ce sont les 2 problèmes majeurs en Guyane. C'est à la base de tout. Pas d'argent donc pas de revenus fixes donc plus de pauvreté donc plus de trafics donc plus de mules donc plus "d'argent facile" donc plus de conflits entre bandes pour du "business" donc plus de flingues donc plus de violences donc plus de meutres donc plus de braquages donc plus de "bandes" qui font leurs lois etc.... c'est un véritable cycle. Et si on ne fait rien, ce sera pire. Il faut bien commencer quelque part. La tâche est gigantesque mais il faut faire quelque chose. Les associations de quartiers, les associations d'aide font déjà un travail colossal. Mais elles sont bien trop seules, bien trop esseulées, bien trop épuisées. Que font les pouvoirs publics ? De la répression à tout va. Mais cela n'a plus aucun sens car cette répression n'est pas comprise. Les peines prononcées sont souvent absurdes voire obsolètes. La prévention est l'une des clés. En parler, éduquer, expliquer, écouter, ça fait très "bisounours" mais ça fonctionne. Pas partout, pas pour tout le monde mais ça fonctionne quand même. Et c'est déjà un excellent début. Mais faisons quelque chose. Parce que lire chaque semaine ce type de faits divers, ça fait froid dans le dos.

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 13.07.2022

Alors en plus de ne pas stigmatiser l’immigration, vous faites le constat des limites et voire de l’échec du répressif, pour lui préférer l’éducation… Cette fois c’est plié, les fâchés pas fachos vont vous clouer au pilori…

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 13.07.2022

Rajoutez à cela les idoles de la jeunesse Guyanaise : Des ambassadeurs de violence banalisée voir glorifiée, l'usage phallique des armes, de paroles porteuses de messages ultra violent, des individus qui tirent vantardise de leur condamnation à la prison...
Sur un tel terreau, c'est explosif. Là aussi il y a de grosses responsabilités.
La pauvreté ou le manque de perspectives ne sauraient etre les seuls responsables d'un glissement de la jeunesse vers la violence. Pauvreté=violence, c'est un raccourcis trop facile.
Je pense que chez nous c'est aussi l'absence de valeurs et de transmission du peu de valeurs parentales qu'il reste chez les adultes. Beaucoup trop d'enfants en Guyane ne doivent leur seule existence qu'à la perception de la caf par leur geniteurs.

Répondre Signaler au modérateur
CitoyenRévolté 12.07.2022
Les "fameuses" chances de la Guyane

En Guyane aussi nous avons ces fameuses "chances" pour la Guyane

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
1 commentaire
5 commentaires
A la une
1 commentaire