France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
cayenne

Meurtre : le mari avait déjà tué

Samir MATHIEU Jeudi 1 Août 2019 - 03h30
Meurtre : le mari avait déjà tué
Mélissa Barthez avait 26 ans et croquait la vie à pleine dents. Elle était une jeune femme appréciée de tous et une employée modèle. - DR/WhatsApp

Un nouveau meurtre s’est produit mardi soir à Cayenne. Mélissa Barthez, âgée de 26 ans, a été égorgée. L’auteur présumé, son mari, 36 ans, avait déjà fait de la prison pour meurtre.

Le 23e homicide de l’année en Guyane a eu lieu mardi soir, au lotissement Wassaï, dans le quartier Hibiscus, à Cayenne. Une femme de 26 ans, Mélissa Barthez, a été mortellement poignardée. Son mari l’aurait égorgée au terme d’une dispute conjugale. Le drame a eu lieu en fin d’après-midi. Le mari, âgé de 36 ans, s’est rendu en début de soirée, avec la voiture de sa femme, sur le parking du fast-food où elle travaillait à Rémire-Montjoly. Il a attendu un bon moment sur le parking de l’enseigne avant de raconter à un autre employé qu’il avait « fait une grosse bêtise  ». Ce proche de Mélissa a tout de suite su qu’il s’était passé quelque chose de grave. Il a appelé les gendarmes. Lesquels sont venus sur place pour intercepter le suspect. De sources proches du dossier, «  il était fortement alcoolisé, il tenait à la main un couteau et a d’ailleurs menacé de se porter des coups  » avant d’être maîtrisé par les forces de l’ordre.

Il avait tué son ex beau-père

L’homme a été hospitalisé au Char à cause de son état et des menaces d’atteintes à lui-même. Il a ensuite été placé en garde à vue. «  Cet individu était déjà défavorablement connu des services de police  », a indiqué hier le procureur de la République adjoint, Jean-Claude Belot. Selon nos informations, il avait déjà été condamné pour meurtre. Ces faits remontent à plusieurs années maintenant. Là aussi, le drame s’était déroulé au moment où sa compagne a menacé de le quitter. Cette fois-là, il n’avait pas assassiné sa compagne, mais il avait tué le père de celle-ci sous ses yeux ainsi que devant le reste de la famille. Un crime qui a marqué à vie son ex compagne. Pour ce crime, il a fait de la prison, mais avait été libéré au bout de 7 ans. Depuis, il avait refait sa vie avec Mélissa. Pour les proches de Mélissa, le choc est immense. Son employeur parle d’une jeune femme «  très joviale, très travailleuse. Une bonne personne  ». Il explique qu’il avait de l’ambition pour Mélissa : «  Elle était pleine de vie, pleine de projets. On voulait la faire monter en grade . » À l’annonce de sa mort, ses collègues de travail ont tous été sous le choc. Une cellule d’aide psychologique est d’ailleurs en train d’être mise en place, pour permettre à tous les employés du restaurant de parler librement de leur émotion, après ce nouveau féminicide qui a ôté la vie d’une jeune femme modèle. C’est le deuxième meurtre de femme depuis le début de l’année en Guyane. Le précédent cas avait été l’incendie de la cité Mangot, à Cayenne, le 22 janvier dernier.

Samir MATHIEU

Son ex compagne témoigne et accable le tueur présumé

L’ex femme de l’auteur présumé des faits a témoigné sur les réseaux sociaux. Elle aussi avait été victime des violences de cet homme. Lorsqu’elle a voulu le quitter, il avait tué son père sous les yeux de toute la famille. Un traumatisme qui reste encore bien ancrée aujourd’hui. Cette femme est en colère. Elle ne comprend pas qu’il soit sorti de prison : « Je suis vraiment désolée. J’ai connu cet homme il y a quelques années. Il a plongé ma vie dans un véritable enfer. Quand j’ai voulu le quitter, il a assassiné mon père cruellement devant moi, ma mère et mes sœeurs. Il devrait être toujours en prison, mais sa famille a tout fait pour le faire sortir et maintenant voilà, il y a une autre victime. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

Betty12 08.08.2019

Bravo le système français!
En même temps, ce n est pas une spécifité guyanaise.
Il y a malheureusement de tristes records de féminicide dans le monde.
A quand le changement de mentalité chez certains hommes?
A quand le changement de mentalité chez certaines femmes qui donnent de l importance aux hommes?
A quand le changement de mentalité de certains pères qui maltraitent leur femme devant les enfants?

Répondre Signaler au modérateur
den97300 03.08.2019
Un drame qui aurait pu et qui aurait dû être évité

C'est ici un drame qui aurait pu et qui aurait dû être évité. Il a récidivé. Et pourtant, le risque était bien présent. La Justice a-t-elle été clémente ? Peut-être pas. Ou alors peut-être que oui. Cette fois-ci, il sera incarcéré. Il vaudrait mieux perdre la clé.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 02.08.2019

Vous n'avez pas encore compris. Tout n'est qu'apparence et communication en Guyane donc mensonge. Des politiques aux autorités de l'Etat. La justice est engluée dans ses soucis. Alors on fait semblant en Guyane… A la prison, où sont les projets de réinsertion, pas de travail les entreprises n'y vont pas. Chacun magouille, loue aux sans papiers, ce pays part en couilles...

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 01.08.2019

On se demande bien ce qui a motivé sa sortie de prison. Du coup, on se demande bien comment cette même "justice" va bien pouvoir motiver sa décision de le ré-embastiller. Arès tout, vu son expérience, ne devrait pas plutôt l'encourager, le soutenir, lui laisser l'opportunité de renouveler cette expérience qui semble lui convenir ? La Guyane, personne ne vous croira...

Répondre Signaler au modérateur
Kris 02.08.2019
L a france, personne ne vous croira...

https://www.nouvelobs.com/societe/20190731.OBS16642/un-homme-etrangle-et-tue-sa-femme-dans-le-haut-rhin.html

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 02.08.2019

Il a simplement bénéficié de toute la gamme des remises de peine, automatiques ou pas, après avoir sans doute été condamné à une peine relativement clémente par un jury populaire puisqu'il a du être jugé en cours d'assise. C'est la justice française et pour le coup ce n'est une spécificité guyanaise.

Répondre Signaler au modérateur
Georges de Cayenne 01.08.2019
Psychologie... vous avez dit psychologie ?

Ils sont vachement psychologues les juges du Tribunal de Cayenne !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
Une

Xavier Harry récompensé à New York

FXG à Paris - Lundi 21 Octobre 2019

1 commentaire