• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

Meurtre de Karina Antunes Gama de Souza : un an après, l'affaire prend un nouveau tournant

S.R. Samedi 5 Juin 2021 - 10h21
Meurtre de Karina Antunes Gama de Souza : un an après, l'affaire prend un nouveau tournant
Son ex-conjoint a été placé en détention provisoire ce vendredi 4 juin, suite à un transfert aérien depuis la métropole. - D.R.

 Le 15 mai 2020, le corps d'une franco-brésilienne de 23 ans était retrouvé du côté de Cacao, au bord d'une crique. Un an après, l'ADN et les aveux de son ex-petit ami Sylvain Kereneur permettent une avancée significative dans l'enquête. Le principal suspect a été interpellé avant d'être mis en examen hier pour "homicide par conjoint" et placé en détention provisoire. 

 L'affaire avait suscité l'émoi de l'opinion publique en 2020. Cette année-là, le 15 mai, les militaires de la brigade de gendarmerie de Cacao découvraient le corps sans vie d'une franco-brésilienne âgée de 23 ans à l'époque des faits au bord d'une crique. Une forte odeur d'essence était constatée sur place, et des papiers attestant d'un rendez-vous médical laissaient penser que le jeune femme était enceinte. 

Dans le collimateur des enquêteurs, Sylvain Kereneur, l'homme qui a partagé une vie commune avec la jeune femme originaire de Macapa, dans un premier temps d'août 2018 à septembre 2019. Ils s'étaient ensuite séparés, avant que Sylvain Kereneur ne quitte son domicile dans l'hexagone pour la retrouver le 10 janvier 2020 au Brésil. Qualifiée comme "tumultueuse" selon les élements recueillis par les enquêteurs, leur idylle reprenait alors dans un appartement de Cayenne. Aucune plainte n'avait été déposée pour d'éventuelles violences conjugales. 

Au cours d'un point presse tenu ce vendredi 4 juin, le procureur de la République Samuel Finielz est revenu sur un point déterminant de l'enquête d'abord lancée pour "recherche des causes de la mort" avant qu'une information judiciaire du chef d'"homicide volontaire" soit ouverte par un juge d'instruction à Cayenne : "Trois expertises des médecins-légistes ont permis de déterminer que la mort remontait 12 à 48 heures avant la découverte du corps. La seule hypothèse avancée était alors celle d’un décès par suffocation mécanique, c’est-à-dire par asphyxie." 

La procédure, étirée dans le temps, a induit de nombreux examens médciaux-légaux qui ont été réalisés l'année passée. Ces derniers ont permis de déterminer que Karina Gama de Souza était enceinte de quatre à six semaines quand son corps a été découvert. Sans qu’il soit possible d’analyser une perte puisque le fœtus ne présentait pas d’ADN suffisante. Dans les premières semaines, peu d'éléments probants permettaient d'établir que quelqu'un avait donné la mort à la jeune femme. Selon les premières constations des légistes, le décès ne résultait ni d'une noyade, ni d'une origine toxique, mais n'était pas non plus "naturel". 

Au cours de ses premières auditions en garde à vue, Sylvain Kereneur a décrit une relation de couple "un peu conflictuelle", indiquant  que la jeune femme avait disparu depuis le 4 mai, soit 11 jours avant les faits. Les deux juges d'instruction en charge de l'affaire, établissant de nombreuses incohérences dans ses déclarations, ont lancé une commission rogatoire à son encontre. Dans ce cadre, Sylvain Kereneur a été interpellé à son domicile à Antibes, en région PACA, le 31 mai 2021. Des enquêteurs de la section de recherches de Cayenne "à temps-plein sur ce dossier" comme précisé par le général Stéphane Bras, étaient déployés en métropole pour l'occasion. Et les déclarations de l'ex-conjoint ont donné un abrupt tournant à l'enquête.
Samuel Finielz, procureur de la République
"Il a spontanément déclaré aux enquêteurs, en présence de son avocat, qu’ils se sont disputés dans la nuit du 14 mai à leur domicile de Cayenne. Karina Gama de Souza se serait alors saisie d’un couteau, il l’aurait désarmée, et lui aurait mis la main sur la bouche pour l’empêcher de crier. Elle serait tombée, et lui aurait constatée qu’elle ne respirait plus. Il l’a ensuite transportée dans un sac jusqu’à Cacao, et a dans un premier temps mis le feu au corps avec un bidon d’essence. Il explique aux enquêteurs s’être ravisé et avoir éteint le feu"
 Après un séjour de 48 h en garde à vue, l'ex-conjoint a été transporté par voie aérienne jusqu'à Cayenne, où il a été déferré au parquet ce vendredi 4 juin. Suivant les réquisitions du Procureur de la République, les juges d'instruction l'ont mis en examen pour "homicide par conjoint" et, à l'issue d'une audience prolongée jusqu'à tard ce vendredi soir, l'homme âgé de 34 ans a été placé en détention provisoire.

Le procureur de la République indique aux parties civiles que : "si la justice a été silencieuse pendant cette longue période, elle n’a jamais cessé de travailler à la manifestation de la vérité."

A lire dans nos archives :

Karina : un hommage sobre et solennel
Affaire Karina : une enquête en cours et des réseaux sociaux en ébullition
Karina : les autorités brésiliennes demandent une enquête rapide




 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Luckyluc97300 05.06.2021
Double homicide

Ce personnage doit être condamné pour deux crimes le premier pour Karina et le deuxième pour l'enfant qu'elle portait.Il doit être condamné à perpétuité sans remise de peine dans une cellule sans fenêtre dans l'obscurité totale.

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 05.06.2021

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
6 commentaires