France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les honneurs rendus aux trois militaires à Cayenne aujourd’hui

Samedi 20 Juillet 2019 - 03h30
Les honneurs rendus aux trois militaires à Cayenne aujourd’hui
Un puits de mine. - DR

Des honneurs funèbres à Edgar Roellinger, Cédric Guyot et Mickaël Vandeville décédés accidentellement mercredi lors d’une mission Harpie seront rendus aujourd’hui à la caserne de la Madeleine.

C’est aujourd’hui, à 17h30, à la caserne de la Madeleine, à Cayenne que sont rendus des honneurs funèbres aux trois militaires décédés accidentellement dans la nuit du 17 juillet lors d’une mission dans le cadre de l’opération Harpie contre l’orpaillage clandestin.

La cérémonie marquant le premier temps de l’hommage rendu au sergent-chef Edgar Roellinger et les caporaux-chef de première classe Cédric Guyot et Mickaël Vandeville sera présidée par le général de division aérienne Didier Looten, commandant supérieur des Forces armées (FAG). Les corps des trois militaires rejoindront Paris, demain, depuis l’aéroport Félix-Éboué où un dernier hommage des FAG leur sera rendu.

Dans le courant de la semaine prochaine, une cérémonie correspondant à la dernière phase de l’hommage se déroulera à Besançon (Doubs)au sein du 19e Réginent de génie.

Ces hommages n'empêchent pas les questions sur ce qui s'est réellement passé mercredi après-midi sur le site de Saint-Jean du Petit-Abounami, entre Grand-Santi et Papaïchton.

Une affaire mystérieuse

Pour l’heure, il est difficile de répondre dans la mesure où cette affaire a été classée secret défense par les autorités militaires et préfectorales. Pour preuve, les autorités ont refusé de donner le point GPS du lieu du drame aux pilotes de l’hélicoptère de la Sécurité civile, Dragon 973, alors qu’il avait décollé avec des secouristes à son bord pour porter secours aux victimes. Dragon 973 a donc dû revenir à sa base de Matoury.

Concernant l’enquête diligentée par la section de recherches de la gendarmerie, le procureur de la République adjoint, Jean-Claude Bélot, qui s’est rendu sur place le lendemain des faits en compagnie du préfet Patrice Faure, confirme que les autopsies des corps des trois militaires ont été réalisées hier matin.

Concernant la nature du gaz qui les a tués et a provoqué l’hospitalisation de cinq autres dans un état grave au centre hospitalier de Cayenne, certains médecins du Char estime que « cette affaire est un mystère ».  Même le procureur adjoint n’a pas pu connaître le nom du gaz qui les a asphyxiés.

« Tous les prélèvements partent à l’analyse à Paris pour avoir des expertises sur la détermination du ou des gaz qui ont provoqué l’asphyxie. Ils sont décédés à l’entrée d’une galerie construite par des garimpeiros », souligne le parquet.

L’armée effectue aussi une enquête interne pour déterminer les causes réelles de la mort.

Bernard DORDONNE

Un puits de mine. - DR
Les trois militaires appartenait au régiment du génie de Besançon - DR
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une