France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les contrôles se multiplient sur la RN2

Jean-Marie Thécua Mercredi 3 Juin 2020 - 09h13
Les contrôles se multiplient sur la RN2

Le 2 juin en matinée, un dispositif de la police nationale et de la PAF s'est installé quelques heures sur le pont de la Comté pour contrôler tous les véhicules venant en direction de Saint-Georges et se dirigeant vers Cayenne. Une bonne cinquantaine de véhicules a ainsi été contrôlée.

• Le préfet Marc del Grande qui assistait au contrôle :
"L’idée c’est de protéger notre frontière avec le Brésil. Nous avons déjà le dispositif sur et en dessous du pont de l’Oyapock. On effectue des prélèvements, on fait passer la nuit au collège et si on n’est pas positif on peut venir à Cayenne. Si on est testé positif au Covid 19, on est orienté soit vers l’hôpital, soit vers l’Hôtel du Fleuve à Sinnamary. Mais nous ne sommes pas fous, nous savons que nous pouvons nous faire contourner. On a donc un dispositif fluvial et maritime, ce qui a permis l’interception dimanche d’une pirogue au large de Kourou avec des Brésiliens; l'interception à Macouria à la Pointe Liberté de 14 Brésiliens dont 6 testés négatifs qui ont été reconduits au Brésil. Cette action est faite pour prévenir de telles arrivées. En plus du dispositif fluvial et maritime dans toute la profondeur du territoire, il y a aussi des contrôles terrestres. C’est pour cela que la police et la PAF effectuent très régulièrement des contrôles sur cet axe. L’idée est de montrer à ceux qui veulent entrer de façon irrégulière que ce n’est pas le moment. On a un dispositif le plus dynamique et le plus hermétique possible". 


• Gil Frideman, directeur territorial de la police nationale : 
"Actuellement, en dix jours, nous n’avons pas détecté de contournement de la frontière et du dispositif de Régina. Cela n’empêchera pas certains de passer à travers la forêt. On en profite aussi pour faire de la prévention. Nous avons eu un automobiliste qui roulait sans assurance, le véhicule pouvait partir en fourrière. Le conducteur a pris une assurance provisoire en ligne et il a pu repartir serein. Cette action nous permet aussi d’avoir des renseignements sur les filières, sur des rendez-vous avec des orpailleurs illégaux. Cela nous permet d’instruire des dossiers et d’exploiter ces informations. Nous avons aussi intercepté des individus en situation irrégulière. Des personnes en situation de recel de vol. L’idée est d’avoir un second rideau de filtrage sur cet axe en protection de l’île de Cayenne. On est installé soit ici soit au rond-point Califourchon de façon aléatoire. Même si les conditions climatiques ne sont pas favorables : fortes pluies ou soleil intense comme actuellement, nous contrôlons aussi".
• Sabrina Lau Ndzeu, automobiliste contrôlée :
"Ils ont raison d’effectuer ce contrôle. Ils mettent la sécurité qu’il faut. Ils devraient le faire plus souvent. Moi qui travaille à Cayenne, j’en suis à mon 3ème contrôle en 15 jours mais cela ne m’embête car c’est pour notre sécurité".
 


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Thierry97313 04.06.2020

Ne serait-il pas aussi efficace d'intervenir en amont à Oiapoque plutôt que de laisser perdurer une situation de plus en plus dramatique sanitairement et économiquement qui pousse les gens à rejoindre leur famille en Guyane ? Les contrôles n'ont jamais empêché les Brésiliens de passer en Guyane et ça ne va pas changer de sitôt, même en multipliant les contrôles. L'ingéniosité des gens dans le besoin est sans limite...

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 03.06.2020

".... Macouria à la Pointe Liberté de 14 Brésiliens dont 6 testés négatifs qui ont été reconduits au Brésil. Cett....".

Est-ce qu'il faut comprendre que les 8 autres ont été testés positifs et qu'on les a mis à l’hôtel du fleuve ou ailleurs et qu'on les nourris loge et blanchis aux frais du contribuable ? C'est ca ?
Garimpo, vous en pensez quoi ??? Perso, si ce sont des ESI, positif ou pas c'est retour case brésil direct !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
5 commentaires
3 commentaires
A la une
4 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
4 commentaires