Le CMCK, théâtre de violences après la mort d'un jeune tué par balle

Le CMCK, théâtre de violences après la mort d'un jeune tué par balle

A.S.-M.
Une soixantaine de jeunes s'en sont pris aux fenêtres des urgences du CMCK (KTV)
Une soixantaine de jeunes s'en sont pris aux fenêtres des urgences du CMCK (KTV)

Un jeune Surinamais a trouvé la mort, dans la nuit de dimanche à lundi, lors d'une fête au village Saramaca de Kourou. Après son décès, une soixantaine de personnes s'en sont prises au centre médico-chirurgical.

Des panneaux de bois remplacent les vitres sur la façade des urgences. Voilà les seuls stigmates visibles qui restent des violences qu'a connues le Centre médico-chirurgical de Kourou dans la nuit de dimanche à lundi.
Vers une heure du matin, Saaki Messack, un jeune de 18 ans originaire du Suriname est amené aux urgences, mortellement touché par balle. Les médecins ne peuvent que constater son décès. L'escorte est importante : une soixantaine de jeunes venus du village Saramaca accompagnent la victime. Se voyant interdits d'entrer dans le service, ils déchaînent alors leur colère contre la façade du bâtiment, cassant toutes ses fenêtres, et sur quelques voitures garées sur le parking. Aussitôt...

Suivez l'info en temps réel
sur l'appli France-Guyane!

Télécharger