France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le cimetière de Cayenne vandalisée en pleine nuit

Pierre Rossovich/Photos : P. R. Vendredi 10 Juillet 2015 - 10h08

Afficher toutes les miniatures

Plusieurs tombes du cimetière de Cayenne ont été dégradées la nuit dernière. La mairie dénonce un acte de vandalisme volontaire.

Plusieurs tombes du cimetière de l’avenue d’Estrées ont été vandalisées dans la nuit de jeudi à vendredi. Des crucifix ont été arrachés, des fleurs jetées à terre et des plaques funéraires dérobées. Selon les services de préfecture, il s’agirait de deux personnes alcoolisées.
Les tombes concernées sont des tombes simples, ainsi que des tombes d’enfants, reposant dans le « carré des anges ». Les familles ont été appelées et ont été invitées à porter plainte.
Acte de malveillance ou rite ésotérique
Aucun élément retrouvé sur place ne suggère des rites ésotériques, les traces laissées laissent plutôt penser à du vandalisme pur.
Ce n’est pas la première fois que de tels actes se produisent au cimetière de Cayenne. Sans être coutumier du fait, le cimetière a déjà subi des actes de vandalisme. En 2014, des individus avaient même profané une tombe et déterré un crâne, selon Georges Amaranthe, élu délégué au cimetière.
Le cimetière de Cayenne est uniquement surveillé de 14 heures à 18 heures « À une époque, le cimetière était surveillé 24 heures/24, mais le dispositif a été suspendu pour des raisons financières », nous a répondu Georges Amaranthe. Aucune caméra de surveillance n’est présente dans l’enceinte. Néanmoins, une des caméras installée par la Ville à l’angle des boulevards De-Gaulle et Mandela pourrait permettre d’identifier les vandales. Rapellons que ces actes sont punis par le code pénal : jusqu'à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.
« Ces gens seront maudits »
Sur place, Jean-Roland Lafrontière est partagé entre le choc et la colère. La tombe de sa mère, Monique Briquet (épouse Lafrontière), qui est également celle de sa grand-mère Noéline Briquet et de son cousin Patrick Briquet, a été largement vandalisée. « Tout a disparu. La croix, les fleurs… Ca donne envie de pleurer, témoigne la victime. Il n’y a pas d’explication, c’est de la bêtise humaine… C’est navrant ». Jean-Roland a porté plainte au commissariat. « La mairie doit mettre les moyens pour protéger nos morts. Ceux qui sont enterrés là sont maintenant des anges et ceux qui ont fait ça seront maudits », conclut-il, amer.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

youpix973 11.07.2015
Tombes vandalisées

Ce sont des misérables, des malfaiteurs qui croient tout ce que leur disent les pialleurs, quimboiseurs etc...
Ils sont capables de tout ...
Qu'ils soient maudits ainsi que toute leur génération

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire
5 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos