France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La sécurité intérieure veut séduire... et recruter

Mardi 15 Octobre 2019 - 03h10

La police nationale avait déployé tout son savoir faire - BERNARD DORDONNE

La 7e édition des Rencontres de la sécurité intérieure a tenu toutes ses promesses, samedi au centre commercial Family Plaza à Matoury. Un public nombreux s'est déplacé. Il a pu découvrir le métier de gendarme, de la police nationale ou municipale, des douanes, des armées, des urgences, du Samu, de la protection civile et des pompiers. Des interventions avec les hommes du GIGN et l'hélicoptère de la gendarmerie ont agrémenté la journée des visiteurs.

La 7e édition des rencontres de la sécurité a tenu toutes ses promesses, samedi sur le site du centre commercial Family Plaza à Matoury. Le nombreux public qui a fait le déplacement a pu découvrir le métier de gendarme, de la police nationale et municipale, des douanes, des armées, des urgences, du Samu, de la protection civile et des pompiers. Des interventions avec les hommes du GIGN et l'hélicoptère de la gendarmerie ont agrémenté la journée des visiteurs.

Marc Del Grande

C’était votre première édition des Journées de la sécurité intérieure en Guyane. Comment avez-vous trouvé l’organisation ?

L’organisation est formidable parce que le spectre des missions présentées est très large. Il y a des forces de sécurité intérieure. Il y a des administrations, des associations dans le domaine de la sécurité civile. Surtout, on sort des casernes et des bâtiments administratifs. On s’installe au plus près de la population.

Qu’allez-vous proposer de plus pour la huitième édition, l'an prochain ?

Pour l’année prochaine, je souhaiterais mettre l’accent sur les recrutements. Je proposerai de mettre pour la huitième édition tous les recruteurs sur un même stand. On a besoin de « guyaniser » les emplois. On a besoin de sapeurs-pompiers, militaires, policiers, gendarmes issus de Guyane. Je proposerai un regroupement de tous les recruteurs. Il ne faut pas que chacun prêche pour sa petite chapelle. Il faut une vision plus globale. 53 % des 18-29 ans, soit 24 000 jeunes, sont sans emploi et sans formation. Je pense qu’il y a un gisement de possibilités pour les jeunes des communes du littoral ou de l’intérieur.

Comment allez-vous faire venir tous ces jeunes vers la formation et vers l’emploi ?

J’ai mis en place vendredi un groupe de travail avec la CTG (Collectivité territoriale), la Dirrecte (direction du travail), la DJSCS (Jeunesse et Sports), le SARG (secrétariat aux affaires régionales), Pôle emploi, pour réfléchir à la meilleure façon de faire retourner ces jeunes vers l’emploi. Il y aura des réflexions qui déboucheront sur des actions concrètes. Pour mettre en place ces actions, nous avons des crédits. En effet, le gouvernement a décidé de faire une déclinaison du plan d’investissement sur les compétences en Guyane qui s’élève à 67 millions d’euros sur quatre ans. Cela permettra de former l’année prochaine 3 200 jeunes.   

Propos recueillis par Bernard DORDONNE

Pour sa première édition des rencontres de la sécurité intérieur le préfet Marc Del Grande a eu un mot pour chaque participants. - BERNARD DORDONNE
Le préfet discutant avec des jeunes devant le stand des sapeurs pompiers - BERNARD DORDONNE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
11 commentaires

Vos commentaires

Gérard Manvussa 15.10.2019

Chaque semaine le sempiternel micro ouvert au préfet...

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 15.10.2019

Arrêtez de lire sinon. Solution très simple. Ou changez de média.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 16.10.2019

Je me passe de tes directives DTC. J'essaie de faire comprendre que le citoyen guyanais doit être autrement éveillé pour accéder à l'indépendance.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 16.10.2019

Visiblement vous n’étiez pas là en 2010 quand le citoyen Guyanais, moi y compris, a dit ce qu’il pensait de votre indépendance ou autonomie. Vous êtes minoritaires vous et les tontons macoutes. Intégrez le et fichez la paix aux Guyanais.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 17.10.2019

T'es Guyanais auto-proclamé ouais. Moins de 15 ans de Guyane peut-être moins de 10...

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 17.10.2019

C'est bien ce que je te dis (je m'interroge sur ton Q.I.) il faut que ce journal sorte du joug colonial et de la communication des autorités d'occupation pour participer à la libération des consciences...

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 17.10.2019

J'habite en Guyane, je suis Guyanais. C'est d'une logique qui vous dépasse j'entends bien. A moins que vous vouliez dire qu'être Guyanais c'est être un créole ? Peu importe remarquez car moi je ne m'interroge en rien sur votre éducation de charretier. Vous intégrerez un jour le fait que vous et les tontons-macoutes, vous ne représentez rien. Ni la Guyane, ni les Guyanais. Vous êtes minoritaires et faites honte au territoire et à la culture créole.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 17.10.2019

Tu crois qu'on s'installe en Corse et qu'on devient corse ? Fais preuve d'un peu de modestie et de discernement...

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 18.10.2019

Le seul problème c'est justement que vous confondez l'adéquation entre un territoire, une langue et une culture à travers l'histoire (ce qui s'applique à la Corse) et non à la Guyane. Mais bon, vu votre tutoiement intempestif de charretier, aucun doute sur votre savoir-être et votre éducation.

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 18.10.2019

Il faut arrêter de lui répondre et le laisser délirer tout seul dans son petit coin !

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 18.10.2019

Que l'Empire le veuille ou non, la Guyane demeure le dernier territoire non indépendant d'Amérique du Sud...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une