France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La Réunion : libéré, un Surinamien jeté à la rue

Nicolas Goinard Lundi 29 juillet 2013
La Réunion : libéré, un Surinamien jeté à la rue
Humphrey Anakaba était impliqué dans un trafic de drogue entre la Guyane et la Réunion (DR)

Humphrey Anakaba est libre. Ce Surinamien de 34 ans impliqué dans un trafic de cocaïne est sorti de prison, jeudi. Mais sans un sou, il se retrouve totalement isolé à La Réunion.

La liberté. Beaucoup de détenus en rêvent. Beaucoup, mais pas Humphrey Anakaba, un Surinamien de 34 ans qui était écroué depuis février 2012. Impliqué dans un trafic de drogue entre la Guyane et la Réunion, sa détention provisoire n'a pas été renouvelée jeudi. Interpellé en Guyane, il est transféré à la Réunion à la demande d'un juge. « Il aurait très bien pu être jugé en Guyane pour ça » , note son avocat Me Marie Briot, qui trouve ce transfert « inutile » .
La sortie de prison de l'intéressé est loin d'être une délivrance pour lui car cette fin de détention provisoire marque le début du cauchemar. Déjà libéré en mars dernier, Humphrey Anakaba avait mal vécu son contrôle judiciaire. Il avait finalement fait en sorte de le violer pour pouvoir retourner entre quatre murs. A l'époque, il avait raconté qu'il était pris de crises d'angoisse et qu'il n'arrivait pas à s'adapter à La Réunion, lui qui avait été interpellé en Guyane où il vivait en situation irrégulière avec femme et enfants. L'homme parle mal français et n'a aucune connaissance localement.
Jeudi après-midi, à Domenjod, l'éducatrice du SPIP (Service pénitentiaire d'insertion et de probation) a donc fait des pieds et des mains pour lui faciliter la sortie. Dans le même temps, son avocate a contacté la préfecture pour qu'un arrêté de reconduite à la frontière soit prononcé. « Il n'a pas de ressources. Ça ne sert à rien qu'il reste ici. Le jour où il sera jugé, le tribunal risque en plus de prononcer contre lui une interdiction du territoire français. » Mais la préfecture demandait certains papiers et la juge d'instruction a décidé jeudi soir de prononcer un contrôle judiciaire ne comportant que l'interdiction de quitter la Réunion. Après être venu au cabinet de son avocate, Humphrey Anakaba est allé passer sa première nuit de liberté dans un immeuble en construction. L'avocate est allée vendredi matin rencontrer la juge pour lui relater la situation. L'accueil a été, selon nos informations, très frais. Elle a donc saisi la chambre de l'instruction pour la levée de cette interdiction de quitter le territoire. Le dossier sera audiencé demain. Etonnamment, le contrôle judiciaire ne prévoit pas que Humphrey Anakaba pointe régulièrement au commissariat. Le parquet a désormais trois mois pour rendre ses réquisitions. Le juge devra rendre ensuite son ordonnance de renvoi. Avec une dizaine de personnes, toutes libres, cette affaire ne sera probablement pas jugée avant un an.
Nicolas Goinard (Journal de l'île de la Réunion)