France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

La mutinerie au centre pénitentiaire maitrisée

Pierre ROSSOVICH Mercredi 1 Avril 2020 - 10h13
La mutinerie au centre pénitentiaire maitrisée
Le centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly
[MIS À JOUR 13H00]
La mutinerie qui a eu lieu ce mercredi matin au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly est désormais terminée. Il n’y a pas de blessé à déplorer, contrairement à ce que nous écrivions ce matin. Aucun détenu n’a pour l’instant été placé en garde à vue.

Ce matin, vers 8 h 00, environ 80 détenus, issus de deux quartiers pénitentiaires, ont provoqué « un mouvement collectif » et se sont mis à incendier leurs matelas, à détériorer le matériel de sécurité et ont cherché à se disperser dans l’établissement.

Les services de l’État ont alors enclenché le « Plan particulier d’intervention », permettant la coordination de l’ensemble des services.
Un escadron de gendarmerie mobile, l’antenne du GIGN, l’hélicoptère de la section aérienne de gendarmerie et la compagnie de Matoury ont été notamment déployés. Soit environ 75 personnes mobilisées pour rétablir l’ordre, nous a précisé Daniel Fermon, sous-préfet, directeur général de la sécurité, de la réglementation et des contrôles. En outre, une vingtaine de pompiers, huit soignants du Samu et une partie assistance psychologique étaient sur place.

La rébellion des détenus aurait un rapport avec leurs conditions de détention en ces temps de crise sanitaire. Les parloirs ont notamment été suspendus. Selon Daniel Fermon, les détenus auraient pu également avoir connaissance de mouvements similaires dans des prisons brésiliennes et hexagonales et vouloir le reproduire. Une enquête a été commandée par le procureur de la République pour le déterminer.

Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire