France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CAYENNE

La fin de l'occupation illégale du mont-Baduel

Bernard Dordonne Jeudi 3 Août 2017 - 19h00

(BD)

Afficher toutes les miniatures

Rodolphe Alexandre, le président de la Collectivité territoriale (CTG) s'est rendu, hier vers 10 heures, sur le mont Baduel à Cayenne pour annoncer leur expulsion aux occupants sans droit ni titre des parcelles de la CTG.

« Nous mettons en place des procédures auprès des tribunaux pour casser maison par maison » , a lancé, en créole, l'élu devant un parterre de plus d'une centaine de membres de la communauté haïtienne. Des personnes qui occupent illégalement les lieux. Il a tenu à être pédagogue dans son discours en donnant le maximum d'informations sur le déroulement des expulsions.
Il a annoncé que le 27 juillet, il a saisi le préfet de Guyane et le maire de Cayenne sur ces occupations illicites.
Il a aussi indiqué que les parcelles de la CTG du mont Baduel couvrent 14 hectares et que six hectares sont déjà occupés illégalement.
Il a ajouté que la procédure entamée va servir à lutter contre les personnes qui louent des maisons sur le secteur. « Ils n'ont pas le droit. Ce sont des voleurs, qui profitent de la misère humaine. Nous allons les combattre. »
Selon le président de la CTG, il y avait 800 personnes sur les terrains appartenant à la CTG en 2014, le nombre a triplé en 2017.
À la mi-août, les techniciens réaliseront une mise à jour des photos aériennes. La première semaine de septembre, un huissier recensera les personnes qui résident sur les lieux. Vers le 15 septembre, les avocats missionnés pour les expulsions vont déposer au tribunal de grande instance, une assignation en référé d'heure à heure. Le président qui était accompagné lors de cette rencontre de Philippe Kong, 1er adjoint au maire de Cayenne a indiqué qu'il travaille la main dans la main avec la municipalité pour mener à bien cette procédure d'expulsion.
Nous revenons plus longuement sur ce sujet dans une prochaine édition.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Adopteunboulet 08.08.2017
Du grand Mendez

Encore un grand coup d'éclat médiatique et les moutons applaudissent ....

Répondre Signaler au modérateur
xxl 05.08.2017
@ALEXANDRE

BRAVO ! oui monsieur alexandre il faut que lorsque les gens viennent s'installer en territoire français qu'ils fassent comme tout bon français c'est à dire respecter les lois, les règles, les règlements, les arrêtés, le code de la route ect etc,
je vous félicite et encore bravo !

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 05.08.2017

Entre les 500 frères remasterisés en groupuscule nationaliste bon teint, qui squattent l'entrée de la préfecture pour barrer l'accès aux étrangers. Et le président de la CTG qui, en s'en prenant à cettte "jungle de Calais" guyanaise, met en exergue les magistrales carences de l'Etat en matière de prise en charge des migrants. Les paris sont ouverts, 6, 12, 18 mois? Avant que le nouveau fusible préfectoral, tout neuf, ne saute à son tour pour donner le change d'une certaine dynamique de l'action de l'Etat en Guyane?

Répondre Signaler au modérateur
A la une