France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Jean-Michel Martial le Guyanais

Samedi 19 Octobre 2019 - 03h25
 Jean-Michel Martial le Guyanais
Jean-Michel Martial en octobre 2017. - FXG

Le comédien et président d’honneur du Crefom est décédé dans la nuit de jeudi à hier, à l’âge de 67 ans. Il avait été lycéen, militaire puis dentiste en Guyane, notamment à Kourou.

Jean-Michel Martial, président d’honneur du Conseil représentatif des Français d’Outre-mer (Crefom) et comédien, est décédé des suites d’une longue maladie jeudi soir. Né en 1952 à Madagascar, il avait quatre frères et sœurs, parmi lesquels le comédien Jacques Martial.

Avant d’être connu et reconnu en tant que comédien, Jean-Michel Martial a eu une première vie, en Guyane. Il y a été lycéen et y a effectué son service militaire . « J’ai fait mes trois années de lycée en Guyane, racontait-il en juin 2018. Puis j’ai fait mon service militaire au centre spatial avant de faire mes études dentaires à Paris et de m’installer à Kourou... » Il avait aussi contribué au lancement du restaurant Paris-Cayenne. Jusqu’à ce qu’il décide de changer de vie et de pays pour devenir comédien ! C’était en 1983.

Première apparition au cinéma dans le onzième James Bond, Moonraker, en 1979. On le retrouve en 1986 dans Les Frères Pétards d’Hervé Palus. Il débute sur les planches comme invité de la Comédie-Française dans Le Marchand de Venise de William Shakespeare. Ses apparitions au cinéma et sur les planches se poursuivent à un rythme élevé, jusqu’à Edmond, d’Alexis Michalik, sorti cette année. Il y joue le rôle d’Honoré qu’il a tenu pendant plus de 300 représentations dans la pièce aux cinq Molière. « Ce n’est même plus un succès, déclarait-il à France-Antilles en octobre 2017, c’est un triomphe ! Il faut dire les choses comme elles sont ! C’est suffisamment rare pour pouvoir en être heureux. »

Jean-Michel Martial a beaucoup joué pour la télévision : Profilage, Les Cordier, juge et flic, Plus Belle la Vie, Braquo, Camping Paradis. En 2018, il joue dans la série Plan cœur, diffusée depuis décembre 2018 sur Netflix.

En 2016, il est élu président du Conseil représentatif des Français d’Outre-mer. Mais la maladie est déjà là. Quelques mois seulement après avoir passé la main à Daniel Dalin, il s’est éteint. Les habitués du café de Place à côté de la mairie du 18e, non loin de là où il vivait et où il avait ses habitudes, ne croiseront plus son imposante silhouette et son sourire charmeur.

FXG, à Paris, & P.-Y. C.

Jean-Michel Martial - FXG
Bernard Boulanger et Jean-Michel Martial / photo FXG - FXG
La Guyane rend hommage à Jean-Michel Martial

Les réactions sont nombreuses en Guyane après le décès de Jean-Michel Martial, annoncé jeudi soir par le conseiller régional d'Île-de-France Patrick Karam. Jean-Michel Martial était connu en Guyane où il avait passé de longues années jusqu’au milieu des années 1980. Il avait entre autre ouvert un cabinet dentaire à Kourou et effectué des remplacements à Cayenne et Montjoly.

Antoine Karam a publié un communiqué hier matin dans lequel il rend hommage à « l’immense comédien ». Le sénateur évoque son « charisme » et sa « sympathie naturelle ». Il souligne aussi le fait que Jean-Michel Martial a été le président du Conseil représentatif des Français d’outre-mer (CREFOM). Parmi ceux qui l’ont connu, figure le chirurgien-dentiste René Garnier, de Rémire-Montjoly. Il l’a rencontré dans les années 1980 alors qu’ils étaient tous les deux jeunes praticiens. « Je l’ai rencontré trois fois. C’était quelqu’un d’apprécié des Guyanais. Beaucoup le connaissaient même s’il habitait à Paris », ajoute-t-il. René Garnier garde le souvenir d’un « garçon charmant, très bien ».

Le chef restaurateur Alain Eoche, du Chéri à Cayenne, l’a rencontré à de nombreuses reprises alors que Jean-Michel Martial fréquentait son établissement à Paris. « C’était un gars vraiment sympa, toujours gentil. » Alain Eoche évoque le « charisme » et la « bienveillance » qui caractérisaient à ses yeux l’acteur. « Même si on s’était perdu de vue, J’ai ressenti un grand vide à l’annonce de son décès », ajoute le restaurateur.

Le président de la Collectivité territoriale, Rodolphe Alexandre, salue le riche parcours de Jean-Michel Martial, « lycéen en Guyane » et chirurgien-dentiste dans un premier temps avant de se consacrer au théâtre, cinéma et à la télé. Rodolphe Alexandre estime que Jean-Michel Martial « connaissait bien les spécificités de la Guyane, dénonçant notamment (pendant le mouvement social de) en 2017 le faible intérêt du gouvernement de l’époque pour les problématiques de notre territoire ». Olivier Goudet les 500 Frères rendent hommage à celui qui avait participé au rassemblement d’avril 2017, place de la République à Paris.

Samir MATHIEU

Il devait jouer Léopold Héder

Jean-Michel Martial devait tourner en novembre devant la caméra de Barcha Bauer. Le documentariste devait le filmer au Sénat en train de prononcer le discours sur le statut de la Guyane de l'ancien sénateur-maire de Cayenne Léopold Héder, dont il réalise le portrait. « Je le connaissais depuis quinze à vingt ans, se souvient Barcha Bauer, qui a participé toute la semaine au Festival international du film d'Amazonie-Caraïbes (Fifac), à Saint-Laurent. Il a travaillé pour moi sur plusieurs documentaires : les insurgés de Cayenne, René Maran. Je lui avais envoyé un SMS il y a deux semaines. Il n'avait pas répondu, ça m'avait interrogé. Jean-Michel était extrêmement discret par rapport à la maladie. Nous étions très peu à être tenus au courant. Il évoquait beaucoup plus ses projets, l'avenir. Il n'avait pas renouvelé son mandat au Crefom, car il ne se sentait pas soutenu. Mais toute sa vie, il a travaillé pour améliorer la visibilité des artistes, des films, du théâtre de nos régions ultramarines. Avec Greg Germain et son frère, ils ont contribué à faire bouger les lignes à France Télévisions, pour faire apparaître les Noirs dans les séries et les films. Il a aidé les jeunes étudiants à décrocher des bourses, à trouver des hébergements à Paris. Là, il travaillait sur les énergies renouvelables avec toujours, en ligne de mire, le développement des Outre-mer. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
A la une