France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Jasmin à Cayenne - Ils perdent tout dans l’incendie

Lundi 15 Juillet 2019 - 03h00
Jasmin à Cayenne - Ils perdent tout dans l’incendie
incendie cité Jasmin - Samir MATHIEU

Dans la nuit de Vendredi à Samedi, un feu a ravagé des logements, un snack et un libre-service, quartier Jasmin à Cayenne. Les dégâts sont considérables.

Une odeur de fumée perceptible depuis l'hôpital de Cayenne. Une lueur rouge, ponctuée des flashs bleutés des gyrophares des sapeurs-pompiers, visibles à des centaines de mètres. Des explosions de bouteilles d'alcool et de produits d'entretien audibles depuis la cité Cabassou. Les bouteilles de gaz entreposées sur le parking du commerce, elles, avaient été éloignées par les sapeurs-pompiers dès l'alerte donnée, a précisé le lieutenant-colonel Félix Anténor-Habazac, directeur du service départemental d'incendie et de secours (Sdis). La foule était nombreuse, massée le long de la crique Eau-Lisette qui sépare Cabassou de Bonhomme. Stigmates de l'incendie qui ravage, ce vendredi soir, le libre-service et le snack Jasmin, ainsi que les quatre appartements situés à l'étage.Les gérants des deux commerces et les occupants des appartements n'ont rien pu sauver, à part ce qu'ils avaient sur eux. Mais l'incendie n'a fait aucune victime.

Le feu s’est déclaré vers 20h30 depuis le premier étage selon les premiers éléments recueillis par les pompiers. À cette heure-là, il n'y avait aucun client dans le commerce, témoigne la gérante. « Nous étions seuls. Le feu est arrivé par l'arrière. Nous sommes sortis, mais nous n'avons rien pu récupérer. »

« Ma femme habite au-dessus avec sa mère et ses deux enfants. Ils n'ont pas remarqué le feu. Ce sont les personnes qui traînaient devant le « chinois » qui ont donné l'alerte. Avec les enfants, tout le monde est sorti. À l'intérieur, ils ont tout perdu, il ne reste rien. Les seules choses qu'ils ont sauvées, ce sont les vêtements qu'ils avaient sur eux », raconte le compagnon d'une des locataires, installées là depuis 2016. Selon lui, les logements étaient bien entretenus. Un autre résident devait entrer dans son logement hier. Mais vendredi, il avait déjà fait livrer des meubles neufs, selon le témoignage de plusieurs voisins.

« On aurait pu faire cuire un œuf dessus »

« À un moment, il est entré dans sa salle de bain et a senti que le bac de douche était chaud, raconte une ancienne habitante, qui comptait encore de la famille dans l’immeuble. Il est allé chercher des voisins. L’une d’elle a mis le pied dans la douche. On aurait pu faire cuire un œuf dessus (...) Le neveu d’une des locataires, qui était en bas, a vu le feu. Il est monté chercher ceux qui étaient à l’étage. Ils n’ont rien eu le temps de prendre. Passé 20 heures, sa tante était déjà en chemise de nuit. »

Un second bâtiment mitoyen qui abrite, lui, un magasin d’informatique et d’autres logements n’a pas été touché par les flammes. En revanche, le snack à côté du libre-service est également détruit. Ses gérants n’ont pu en faire que l’amer constat au cœur de la nuit de vendredi à samedi, vers 3 heures, quand les sapeurs-pompiers sont venus à bout de l’incendie. « Il ne reste presque rien », déplore un ami, venu aider à débarrasser samedi matin. Ils n’ont pas vu d’où est parti l’incendie. » Tout le monde s’affaire à nettoyer. Les locataires de l’étage, ne sachant pas si la structure le supporterait, ne remontent pas dans leurs logements. La mairie les a relogés à l’hôtel, dans l’attente d’une solution durable.

Pierre-Yves Carlier

Un sapeur-pompier lors de l'incendie de Jasmin. - Sdis


Une foule nombreuse s'est pressée au pied des immeubles de la cité Cabassou, pour observer les sapeurs-pompiers lutter contre l'incendie. - Pierre-Yves CARLIER


À l'intérieur du libre-service Jasmin, rien n'a pu être sauvé. - Pierre-Yves CARLIER


À l'intérieur du Libre-Service Jasmin, rien n'a pu être sauvé. - Pierre-Yves CARLIER


Le snack Jasmin et les appartements à l'étage ont également été détruits. - Pierre-Yves CARLIER

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une