France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Grabuge au centre de soin : quatre chasseurs en garde à vue

Samedi 21 Septembre 2019 - 03h20
Grabuge au centre de soin : quatre chasseurs en garde à vue
"Les kwatas, une fois sortis de la cage se sont battus avec les autres singes et ont éventré un capucin", explique Jean-Philippe Magnone, président de l’association Onca. « Nous sommes un centre de soin et de réhabilitation donc on récupère des animaux sauvages pour les soigner ou pour qu’ils ne soient pas euthanasiés quand ils sont saisis. On fait ça bénévolement » - ONCA

Jeudi après-midi, le centre Onca, qui recueille les animaux sauvages blessés ou saisis, a été attaquée. Quatre personnes ont été arrêtées. Elle sont toujours interrogées par les gendarmes pour vol et dégradations aggravées.

C’est la première fois qu’une telle chose se produit au centre de soins de l’association Onca, qui recueille les animaux sauvages blessés ou saisis, à Montsinéry-Tonnégrande, sur la piste de Risquetout. Jeudi, vers midi, des personnes encagoulées font irruption dans le centre alors qu’un des bénévoles de l’association nourrit les animaux.

« Il est allé chercher un fusil, a tiré en l’air pour les faire fuir avant de venir me chercher en quad chez un voisin, explique Jean-Philippe Magnone, président de l’association. Pour accéder au centre, il faut prendre une piste interne d’environ 700 mètres. Quand le bénévole est venu me chercher, il m’a expliqué que des arbres avaient été coupés pour empêcher l’accès à la piste. J’ai donc pris son quad pour me rendre sur place et j’ai aperçu des voitures garé sur la piste de Risquetout... C’était un vrai commando, avec des talkies walkies ! »

« Accueillis à coups de fusil semi-automatique »

Jean-Philippe Magnone voit alors que les cages dans lesquelles se trouvaient une quinzaine de singes ont été ouvertes. Il part alors à la poursuite des intrus, et bien que les circonstances soient floues, finit par « intercepter » deux chasseurs à bord d’une voiture. La police municipale, suivie de la gendarmerie, arrive sur les lieux suite à l’appel d’un voisin. Deux autres chasseurs sont interpellés plus loin sur la piste. Un des pneus de leur voiture est crevé, sans que l’on en connaisse la cause pour l’heure.

Les quatre chasseurs sont placés en garde à vue pour vol et dégradations aggravées ainsi qu’association de malfaiteurs. Au moins l’un d’eux devait être jugé jeudi matin dans l’affaire de détention d’espèces protégées et de rébellion avant de voir le procès reporté. Hier, la garde à vue est prolongée.

« Mon client voulait s’expliquer avec le responsable de cette association et ils ont été accueillis à coups de fusil semi-automatique alors qu’aucun d’eux n’était armé », explique Alex Leblanc, avocat d’un des chasseurs. L’auteur du coup de feu n’a pas été placé en garde à vue. « Et cette personne-là continue à menacer des gens via son compte Facebook », dénonce Alex Leblanc. Il fait référence à une publication sur le réseau social qui accuse et cible l’association de chasseurs Dent de sabre Amazone. « Vous pouviez encore faire croire au bénéfice du doute à certains, mais là, la comédie est terminée pour vous. Planquez-vous bien, l’heure a sonné », a écrit l’auteur du post. Ce dernier nous a contacté samedi suite à la parution de cet article pour préciser qu'il n'était pas membre de l'association Onca et qu'il avait depuis retiré son post Facebook. 

Patrick Lecante en appelle au calme

La quasi-totalité des singes a été retrouvée. Des pertes sont à déplorer. « Un capucin a été éventré par un kwata et il y a un bébé kwata que je n’ai pas retrouvé, qui doit être probablement mort, souligne Jean-Philippe Magnone. Deux autres capucins avaient disparu. J’en ai retrouvé un ce matin (hier) et je pense que les chasseurs sont partis avec l’autre car ils sont venus avec une cage de transport. »

La nurserie et les cages contenant un jeune fourmilier, un vautour et un grison n’ont en revanche pas été ouvertes. Patrick Lecante, maire de la commune, en appelle au calme, « Risquetout ouest est un secteur agricole réputé paisible et calme. On ne peut que rappeler à tous que le calme doit demeurer même quand les points de vue ne sont pas les mêmes. Il y a des instances prévues quand ce n’est pas le cas : les tribunaux ».

P.-Y. C., A. G. & B. D.


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

antcorp 22.09.2019
question

qu'es que c'est un kwata comme animal?

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 23.09.2019

Un singe Atèle

Répondre Signaler au modérateur
siage 21.09.2019

4 chasseurs inculpés, quand va t'on laisser les intellectuels s'exprimé dans ce pays?

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 21.09.2019
Soutien de Serville ?

Est-ce que monsieur le député Serville va prendre fait et cause pour ses protégés encagoulés qu'il a toujours soutenu ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une