France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Gabriel Serville victime d’une usurpation d’identité et tentative d’escroquerie

Samedi 22 juin 2019

Gabriel Serville, député de la premère circonscription de Guyane, a été victime d’une usurpation d’identité et tentative d’escroquerie. « J’invite tout un chacun à la plus grande vigilance face à l’explosion du nombre de tentatives d’escroquerie opérées par des personnes usurpant son identité sur les réseaux sociaux ». 

Les escrocs semblent avoir trouvé un nouveau mode opératoire par l’envoi de mails aux acteurs économiques par le biais de l’adresse mail personnel du député guyanais : serville.gab@gmail.com.

Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération.

« Dans ces mails, ils promettent une intervention dans l’attribution des fonds européens, moyennant finances. « Il s’agit bien évidemment d’une arnaque qui, je le rappelle, est punie par la loi ».

Le parlementaire rappelle que toutes ses interventions se font à titre strictement gratuit et sans frais de dossier : « Toute personne qui serait confrontée à une demande de versement de fonds pour quelque motif que ce soit, supposément en son nom à entrer immédiatement en contact avec ses équipes et les autorités de la police et de la gendarmerie » indique le député de la première circonscription de la Guyane.

La tentative d’escroquerie est punie au même titre que l’escroquerie de cinq ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende. En effet, l’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une