• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Faux papas chinois : de la prison ferme requise

D. St-J. Jeudi 12 Septembre 2013 - 16h40
Faux papas chinois : de la prison ferme requise

Un an de prison dont six mois avec sursis et 50 000 euros d’amende ont été requis à l’encontre de José Mariema, de la mairie de Kourou, et Omar Hersi, de la préfecture.

Au troisième jour du procès des mis en cause dans l’affaire des « faux papas chinois » c’est l’heure des réquisitions.

Rappelons que s’appuyant sur le fait que le père d’un enfant français en situation irrégulière pouvait obtenir un titre de séjour, onze ressortissants chinois ont, en 2007, bénéficié d’une carte de séjour de trois mois en « reconnaissant » les nouveaux nés de mères célibataires guyanaises.

« Pour les populations où la vie est difficile, la France apparaît à tort ou a raison comme un pays où l’on va trouver un monde meilleur », souligne en préambule le substitut du procureur, Bruno Amouret. « Le système mis en place » pour que ces Chinois obtiennent des papiers a été démontré mais à la lecture du dossier, il écarte l’association de malfaiteurs en bande organisée.

Pour les onze prévenus qui ont bénéficié de ce récépissé alors qu’ils étaient en situation irrégulière, il note qu’ils ont reconnu les faits : « Leurs papiers sont périmés et ils ont perdu leur argent, de 15 000 à 35 000 euros ». Il requiert à leur encontre deux mois de prison avec sursis et une interdiction de séjour d’une année. Pour la Guyanaise qui a fait un mariage blanc, quatre mois de prison avec sursis et 5 000 euros d’amende.

Pour le « mari », il s’en remet aux juges. Pour le commerçant Lingfens Wu, six mois de prison dont deux avec sursis et 10 000 euros d’amende. Pour son frère Yang Feng Wu, quatre mois de prison dont deux mois avec sursis et 7 500 euros d’amende : « Je ne crois pas qu’ils se soient contentés du simple rôle d’interprète. » Pour leur père, chez qui une très grosse somme d’argent a été retrouvée et qui était en Chine au moment des faits, le procureur s’en remet aux juges.

Pour Wang Yi Hong, Wang Yi Hong, six mois dont deux mois avec sursis et 10 000 euros d’amende et pour les autres mis en cause, des peines avec sursis et des amendes.

Pour le Kouroucien qui a recruté deux mamans, deux mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende.

Au niveau des fonctionnaires, pour la fonctionnaire de la mairie de Kourou mise en cause par les deux plaignantes, trois mois de prison avec sursis, 5 000 euros d’amende et une interdiction de travailler dans la fonction publique pendant cinq ans.

Enfin, pour José Mariema, de la mairie de Kourou, et Omar Warsama Hersi, de la préfecture, il requiert un an de prison dont six mois avec sursis. Une peine assortie d’une mise à l’épreuve comprenant l’obligation de régler une amende de 50 000 euros, une interdiction de travailler dans la fonction publique pendant cinq ans et une interdiction de faire des paris notamment au PMU.

Suite du procès avec les plaidoiries de la défense samedi dans le journal. L’affaire est mise en délibéré au 8 octobre.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

rienaciré 13.09.2013

ça devient presque banal ces histoires de non respect de la loi, qu'il n'y a plus rien à dire. mais au moins il ne faut jamais se fier aux apparences le pseudo héros (J. Mariéma) qui sauve les jeunes filles

Répondre Signaler au modérateur
loulougirl 13.09.2013

José mariema fait il toujours partie des effectifs de la ville de kourou? Un coup il est présenté comme tel, et le coup d'après, il n'y est plus!!!faut savoir! Je ne crois pas qu'il prenne ombrage qu'on lui interdise la fonction publique territoriale désormais... Même pour cinq ans.... Cherchez l'erreur. Mon héros ce type, sérieusement....trop fort....lol!

Répondre Signaler au modérateur
Relena 12.09.2013

"Pour le Kouroucien qui a recruté deux mamans, deux mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende." ha bon ? Le pauvre se disait victime d'un coup du sort, il a remis des enveloppes à l'insu de son plein gré? "Pour José Mariema, de la mairie de Kourou, et Omar Warsama Hersi, de la préfecture, il requiert un an de prison dont six mois avec sursis. Une peine assortie d’une mise à l’épreuve comprenant l’obligation de régler une amende de 50 000 euros, une interdiction de travailler dans la fonction publique pendant cinq ans et une interdiction de faire des paris notamment au PMU." 50 Mille balles, c'est pas assez, Mr Mariema paradait comme un paon dans le journal TV à l'issue de l'audience, le plus comique c'est qu'on lui demande même de s'arrêter de jouer aux pmu:quelle horreur aye bom dié , je suis mortifiée par la "sévérité" des peines demandées par le Proc...Que Mr le Juge applique les peines maxi histoire de nous débarrasser de ces profiteurs, yé pa mèm ka ronté!

Répondre Signaler au modérateur