• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Fanny J n'a pas diffamé Florent Malouda

FXG Vendredi 19 juillet 2013
Fanny J n'a pas diffamé Florent Malouda
Archives (Andressa Duvigneau)

L'artiste s'était expliquée sur sa non-participation au One love festival. Des propos que le footballeur n'avait pas appréciés, mais qui ne sont pas condamnables, selon le tribunal.

Une première séance de règlement de compte entre l'association de Florent Malouda, One love foundation, et la chanteuse Fanny J, avait abouti en octobre 2012, devant le tribunal de commerce de Meaux, à la condamnation de la société Organizouk, en charge des intérêts de Fanny, a réglé à la première une ardoise de 13 500 euros. Cette fois, les deux parties se sont retrouvées devant une chambre civile du tribunal de grande instance de Créteil. Florent Malouda poursuivait en diffamation Fanny J pour les propos que celle-ci a tenus dans les colonnes et sur le site de France-Guyane les 27 juin et 8 juillet 2011.
L'artiste s'expliquait sur les raisons de sa défection au One love festival dont elle était la marraine. Les propos poursuivis sont les suivants : « On parle souvent des artistes, mais on parle peu du respect des artistes [...] Il y avait des conditions qui n'étaient pas remplies. J'ai demandé des choses qu'on n'a pas voulu m'accorder. Par contre, on les a accordées à d'autres artistes » . « J'avais demandé à voyager dans une certaine classe. Ce n'est que trois heures avant de prendre l'avion que j'ai appris que je n'y étais pas. Lorsque l'on prend des accords avec quelqu'un, on ne peut pas renégocier le jour J. Nous avons été mis au pied du mur. » (Lire l'interview complète dans nos archives ici : "Fanny : « Des conditions n'étaient pas remplies »" (27 juin 2011) )
ONE LOVE FOUNDATION DÉBOUTÉE
One love foundation réclamait 50 000 euros en réparation de son préjudice moral, 5 732 euros pour son préjudice matériel et plus de 11 000 euros pour les frais de procédure. Fanny J demandait que One love foundation soit déboutée de ses prétentions et condamnée à lui payer 25 000 euros pour procédure abusive. Elle demandait enfin 10 000 euros pour les dépens.
Dans son jugement du 16 juillet, le president Bouriaud a débouté One love foundation. Les propos sont jugés non diffamatoires : « L'existence d'un litige d'ordre civil avec une artiste n'est pas de nature à porter atteinte à l'honneur de l'association et les seules affirmations de Fanny J ne sont pas suffisantes pour remettre en cause aux yeux de ses partenaires, les compétences d'organisateur de l'association One love foundation. Fanny J était en outre légitimement en droit d'exprimer dans la presse son point de vue sur le différend l'opposant à l'association et d'expliquer à son public les raisons de son absence au festival... » C'est une revanche et un soulagement pour Fanny J, mais elle a été déboutée de ses demandes de réparation.
« Fanny J ne démontre pas que cette affaire de diffamation aurait eu un quelconque retentissement médiatique et que l'action intentée contre elle aurait porté atteinte à son image. » Le tribunal lui accorde tout de même 3 000 euros pour ses frais de justice et condamne One love foundation aux « entiers dépens de l'instance » .
Dans un communiqué accompagnant le jugement, Fanny J regrette de n'avoir « jamais pu s'expliquer auprès de Florent Malouda » et « s'excuse encore une fois auprès de son public. » Elle déclare n'avoir « jamais exigé de voyager en première classe, cette catégorie n'existant pas sur la compagnie aérienne prévue pour l'événement » .
Depuis cette affaire, Fanny J a changé de manager et de société de production.
FXG, à Paris

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

camara83 24.07.2013

Enfin, le bout de cette affaire !!! Continuez ainsi Fanny J

Répondre Signaler au modérateur
camara83 20.07.2013

La fin d'une affaire qui n'avait ni queue ni tête !!! Si ce n'est que de faire payer des frais aux contribuables pour les instructions devant les tribunaux !!!
Pouvons-nous instruire les vrais dossiers qui moisissent au fond des bureaux à Cayenne maintenant ?

Répondre Signaler au modérateur