France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
kourou iii

En route pour la sécurité des élèves

Mercredi 16 octobre 2019
 En route pour la sécurité des élèves
Difficile de se diriger normalement avec des lunettes qui simulent la vue en état d'ébriété, ou sous consommation de drogues. Avec cet exercice concret, les élèves se rendent bien compte des changements de perception qu'induisent alcool et drogue sur le cerveau. - Aurélie Ponsot

Dans le cadre des Journées de la sécurité intérieure, la gendarmerie et la brigade de prévention de la délinquance juvénile ont organisémardi dernier une intervention sur la sécurité routière destinée aux élèves de sixième du collège Omeba-Tobo.

Mardi dernier, les gendarmes ont animé une matinée de prévention routière en deux temps, au collège Oméga-Tobo de Kourou. Un parcours à vélo, reconstitué sur le parking du collège, permettait aux enfants de simuler le trajet qu’ils font pour aller en classe. Le but était de leur apprendre comment leur vélo doit être équipé afin de leur assurer une sécurité maximale sur la route et comment circuler dans les ronds-points, les règles de priorité avec les voitures ou encore les sens interdits. Un petit atelier leur présentait les panneaux de signalisation et d’indication. «Beaucoup de vélos sont mal équipés. Ils n’ont pas de freins, pas de lumière, ce qui représente un danger majeur pour les enfants sur la route », constate un gendarme.

Le chef de la police municipale, Guy Casca, a sensibilisé les collégiens à la conduite en état d’ivresse ou sous l’empire de drogue. Équipés de lunettes simulant la vue d’une personne ivre, les élèves tentaient de réaliser des gestes aussi simples que s’asseoir sur une chaise. D’autres lunettes simulaient un état de grosse fatigue. « On ne peut pas avancer, on voit tout en double », s’étonne un élève.

Le but de cet atelier était aussi que les enfants sensibilisent à leur tour leurs parents. «Quand on a bu, soit on demande à un ami qui n’a pas bu de conduire, soit on appelle un taxi, ou on reste dormir sur place. Au volant, pas d’alcool, et pas de téléphone non plus », rappelle Guy Casca, qui intervient depuis plus de vingt ans dans les écoles. «On croise, après ces journées de sensibilisation, des jeunes à vélo bien équipés, avec leur casque. ça nous fait plaisir car on constate que c’est efficace. »

Aurélie PONSOT

Difficile de se diriger normalement avec des lunettes qui simulent la vue en état d'ébriété, ou sous consommation de drogues / photo APo

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
A la une
Une

Le lancement d'Ariane reporté à demain

P.R. - Vendredi 22 Novembre 2019