• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

En Martinique, des propos racistes qui ne passent pas

Rédaction web Mardi 28 Juillet 2020 - 08h15
En Martinique, des propos racistes qui ne passent pas
Les deux personnes ont été interpellées et été entendues ce lundi soir à la gendarmerie du Diamant, en Martinique.

En Martinique, une habitante du Diamant a diffusé des vidéos sur les réseaux sociaux pour se plaindre de la musique trop forte de ses voisins avant de rédiger des propos qualifiés d' « haineux, insultants et racistes » sur son compte personnel. Lesquels ont créé une très vive indignation ce lundi, dans la commune et même au-delà.

 Plusieurs dizaines de militants et des citoyens se sont réunis hier après-midi (27 juillet) et jusque tard dans la soirée, devant la gendarmerie du Diamant. Ils sont venus soutenir la plainte de sept membres d’une famille diamantinoise, réunie chez elle dimanche pour fêter un anniversaire.

Une de leur voisine métropolitaine, visiblement ulcérée par la musique, a d’abord filmé la scène pour exprimer son courroux puis, sur le réseau Facebook, a rédigé des propos racistes. Rapidement, son compte a été signalé et de nombreux Martiniquais, choqués, ont commencé à répondre et à partager ces écrits.

Ce lundi, elle a été entendue à la brigade de gendarmerie et placée en garde à vue. Un autre internaute, qui avait parlé sur Facebook « d’envoyer des cocktails molotov » chez les personnes fêtant leur anniversaire, a également été interpellé dans la soirée.
Plainte du maire du Diamant
La voisine a, par la suite, contesté avoir rédigé de tels propos, expliquant que son compte Facebook avait été piraté. Ils ont, en tout cas, suscité une vive indignation dans la commune et même au-delà.

Le maire du Diamant, Hugues Toussay, tout en appelant au calme, a diffusé un premier communiqué, indiquant que « sa solidarité est avec les indignés ».

Ma solidarité est avec les Indignés Face aux propos haineux, insultants et racistes sur les réseaux sociaux sous le...

Publiée par ville du Diamant sur Lundi 27 juillet 2020



«Quand bien même il y aurait un dépassement momentané de décibels, il ne justifie d’aucune manière ce déchaînement d’injures, d’invectives nous rabaissant à l’état animal. (…)Le rabaissement, le mépris et l’ignorance qui caractérisent le racisme, Crime contre l’humanité, sont ici totalement affichés. Je comprends donc l’émotion et l’indignation que ces mots insupportables ont pu soulever dans la population ».

Venu en personne à la gendarmerie, il a lui-même indiqué, plus tard, avoir porté plainte suite à ces propos « inqualifiables venus d’une personne » pour trois motifs : propos racistes, appel à la violence physique et l’idée de vouloir déboulonner le Neg Mawon à l’entrée de la commune.



Face à cette affaire qui a défrayé la chronique, le maire invite néanmoins « à s'écarter des amalgames, à garder son sang-froid, à faire confiance à la justice ».

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

tronokar 28.07.2020

Quand une population pense que tout lui est permis et bénéficie de fait d'une certaine forme de bienveillance et d'impunité, cela génère malheureusement des débordements en effet tout à fait inadmissibles.

Répondre Signaler au modérateur
Josse 28.07.2020

@trokonar: votre remarque peut s'appliquer aux deux camps.

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 28.07.2020

En Guyane, pas besoin de beaucoup réfléchir pour savoir quel camp en bénéficie largement...
Il suffit de s'intéresser à la rubrique "zones de non-droit" de FG.

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 29.07.2020

évoquer deux camps pose déjà en soi un problème !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
1 commentaire
2 commentaires
A la une