France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
KOUROU

Du sursis pour le braqueur désarmé par Mariéma

D. St-J. Jeudi 05 septembre 2013
Du sursis pour le braqueur désarmé par Mariéma
Le couteau utilisé par un des deux braqueurs a été retrouvé sur les lieux après l'interpellation (DR)

Un des deux hommes interpellés par José Mariéma dimanche a fait l'objet d'une comparution immédiate.

Dimanche, vers 13 heures, une jeune Kouroucienne âgée de 17 ans était victime de deux braqueurs non loin du carrefour de la médiathèque. « Je venais de passer le rond-point du collège et poursuivait ma route. J'ai entendu courir... Ils m'ont plaquée contre le mur, menacée avec un couteau. Un m'a pris mon sac que j'avais en bandoulière. J'ai résisté, il me l'a arraché de force » , explique la mineure lors de la comparution immédiate d'un de ses deux agresseurs. Choquée, elle a huit jours d'interruption temporaire de travail. Un automobiliste a été témoin de cette agression, José Mariéma. Il a stoppé sa voiture pour se lancer à la poursuite des agresseurs et a interpellé le prévenu, aidé par un autre témoin (voir son témoignage sur notre site ici).
José Mariéma, 34 ans, l'homme qui a interpellé le braqueur (DR) -


A la barre, le prévenu âgé de 24 ans originaire du Maroc fait profil bas. Il explique être arrivé illégalement en Guyane il y a trois mois, après être passé par le Brésil. Il voulait rejoint son frère. Il a une cicatrice avec des agrafes sur le sommet du crâne : « un coup de crosse de fusil de chasse reçu d'un des deux automobilistes » , explique-t-il à la présidente de l'audience.
« LA POPULATION N'EST PAS HABILITÉE À FAIRE JUSTICE »
Pour le procureur, même si le prévenu n'était pas celui qui avait le couteau, « il a profité de l'arme de son complice pour arracher le sac » . Aussi, une peine d'un an de prison dont six mois avec sursis est requise avec le maintien en détention. Au niveau de la défense assurée par Me Christine Charlot, on parle « d'erreur regrettable de parcours de vie » pour cet homme « désespéré en Guyane » , qui n'a pas d'antécédent. « Il n'a pas eu de geste de violence, il n'avait pas d'arme » , souligne l'avocate, qui se dit « étonnée de voir validés » les coups portés à son client. « La population n'est pas habilitée à faire justice » , dit-elle. Aussi elle estime qu'une incarcération ne se justifie pas et invite les juges « à le laisser repartir dans son pays » .
Finalement, après délibérations, le prévenu est condamné à douze mois de prison avec sursis. Il est invité à quitter la Guyane et à rejoindre le Maroc.


Agrandir le plan

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
12 commentaires

Vos commentaires

Doujou 07.09.2013

Ce Mariéma est poursuivi dans l'affaire des faux-papas chinois, n'est-ce pas ? Pourquoi ne l'avez-vous pas rappelé ?

Répondre Signaler au modérateur
rienaciré 06.09.2013

la nouvelle réforme c'est pour essayer de réinsérer dans la société les jeunes qui ont commis un délit
pas juste faire la prison ensuite etre relaché dans la nature et refaire les memes , ou pire

Répondre Signaler au modérateur
Louna 06.09.2013
vivre notre garde des sceaux

Merci encore mme taubira qui veut installer sa nouvelle réforme pour les détenus en prison. Grâce a elle c'est le monde a l'envers

Répondre Signaler au modérateur
Nkaiser973 05.09.2013
pourquoi tant de haine

Pourquoi tant de haine, apres tout c'est pas comme s'il y avais eu un mort? la prochaine fois il fera mieux, si je comprend bien, pas de mort/bléssé(quoique) pas de peine, comme l'a dit ubu,"un bisou sur le front" et tout est oublié et tout le monde peut aller jouer avec ses pokemon

Répondre Signaler au modérateur
Relena 05.09.2013

Meuh non, suffit d'appeler Souff...Gi Joe à la rescousse!! Sinon je trouve aussi que la nouvelle peine voulue par dame Taubira est juste un symptôme de plus que la justice va mal en France avec un système et des infrastructures pénitentiaires essoufflés! On est pas sorti de l'auberge mes amis!

Répondre Signaler au modérateur
Ubu 05.09.2013

Il va falloir s'habituer à voir les braqueurs ressortir aussi sec après une arrestation, puisque c'est le principe même des peines de probation de Taubira : laisser les bandits dehors en leur faisant un bisou sur le front car ce sont des victimes de la société...

Répondre Signaler au modérateur
MONSIEUR GUYANE 05.09.2013

conclusion : il y a un déséquilibre entre la sanction et l'acte, un sentiment d'impunité évident...

Répondre Signaler au modérateur
amnesia1984 05.09.2013

il est invité à quitter la guyane ??? et qui va vérifier que monsieur est bien parti ? de toute façon, avec les nouvelles lois, plus aucun de vos agresseurs n'ira en prison et continuera à rester tranquillement chez lui ! vive la france !

Répondre Signaler au modérateur
klaws 05.09.2013
Réagir oui mais...

Réagir oui mais attention... Le but n'est pas de le faire au détriment de sa sécurité. Effectivement que M.MARIEMA avait raison de porter assistance à cette jeune personne, et heureusement qu'il existe encore des gens comme ce monsieur. Mais combien d'entre nous, se sont interposés et ont connus des dénouements moins glorieux que cette dernière histoire, et des fois pour pas grand chose...

Répondre Signaler au modérateur
aucun 05.09.2013
et ?

oui, et ? quelle est votre analyse ? doit-on laisser les agressions proliférer autour de nous sans réagir tant qu'elles ne nous concernent pas ? ou doit-on au contraire rappeler que la non assistance à personne en danger est un délit et valoriser les comportements citoyens ?

Répondre Signaler au modérateur
L'info en continu
1/3