France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Deux tonnes de marchandises saisies dans le cadre de la lutte contre l’orpaillage illégal

SH Mardi 19 Mai 2020 - 17h08
Deux tonnes de marchandises saisies dans le cadre de la lutte contre l’orpaillage illégal
D'importantes quantités d'essence ont été saisies. - Photo d'illustration DR

La valeur totale des marchandises est estimée à 35 000 euros. Les agents des douanes de Saint-Georges de l’Oyapock en coopération avec la police aux frontières (PAF) et les Forces armées en Guyane (FAG) ont intercepté plusieurs embarcations ces derniers jours sur le fleuve Oyapock, côté français.

La lutte contre l'orpaillage illégal est loin d'être un long fleuve tranquille… c'est l'expérience vécue chaque jour les agents des douanes de Saint-Georges, qui luttent contre les différents trafics qui transitent par le fleuve Oyapock, en coopération avec la police aux frontières (PAF) et les Forces armées en Guyane (FAG).
Essence, moteurs, batée…
Ainsi, le 13 mai, deux tonnes de marchandises avaient été saisies sur une pirogue en provenance du Brésil et circulant du côté français. A bord de l'embarcation contrôlée : produits alimentaires, essence, pièces de moteur, batée... dans des quantités "qui ne laissaient aucun doute sur ces marchandises destinées à l’approvisionnement de sites d’orpaillages illégaux", explique-t-on à la préfecture.

Lors d’un précédent contrôle avec la PAF, les agents des douanes ont relevé une importation en contrebande de 380 litres d’essence et 84 kg de viande. Une saisie précédée quelques temps auparavant par un contrôle conjoint (douane, PAF, FAG et gendarmerie) qui avait déjà permis d'intercepter une coque aluminium de 8 mètres, un moteur hors-bord et de plus de 450 kg de produits alimentaires.
" Les produits alimentaires, comme souvent dans ce type d'opérations, ont été remis à une association caritative pour être redistribués localement."

La crise sanitaire et la fermeture des frontières ne sont pas un frein à ces différents trafics. De la même façon que les patrouilles… les prises sont quasi quotidiennes.




Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Garimpo 19.05.2020

Alors souhaitons que cela serve à comprendre l’ampleur du phénomène et y apporter, enfin, une réponse diplomatique à la hauteur. Exiger du gouvernement brésilien la fermeture des comptoirs d’or d’Oyapock ainsi que la destruction d’illa Bella et de Villa Brasil!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une
2 commentaires
1 commentaire