France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
JUSTICE

Deux séropositifs expulsés vers le Guyana :le défenseur des droits et la Cimade s’insurgent

Samir Mathieu Mardi 21 mai 2019
Deux séropositifs expulsés vers le Guyana :le défenseur des droits et la Cimade s’insurgent
Les deux étrangers en situation irrégulière, ont été expulsés en mars du centre de rétention administrative de Matoury. - DR

Deux cas d’expulsion d’étrangers en situation irrégulière en mars, sont sous le feu des critiques, car il s’agissait de deux personnes malades, qui ne peuvent pas suivre de traitement adapté au Guyana. La préfecture va étudier le dossier.

Le défenseur des droits (DDD) et ancien ministre Jacques Toubon a publié hier un rapport qui met en garde contre l’expulsion d’étrangers malades. Selon la Cimade, ce rapport constate que   « trop souvent, l’objectif d’exécution de la mesure d’éloignement prime sur la réelle prise en compte de l’état de santé des étrangers  ». Selon l’association, la législation française ne prévoit pas de garanties suffisantes pour protéger les personnes gravement malades dans l’urgence d’une expulsion.

Au centre de rétention administrative de Guyane, deux personnes ont fait les frais de cette carence législative. La Cimade rappelle que les expulsion depuis le CRA ont repris à un «  rythme effréné depuis un an  » et qu’ainsi «  il est bien difficile de faire valoir sa situation personnelle, y compris pour des personnes parmi les plus vulnérables comme celles qui sont atteintes de maladies graves  ». Le 23 mars, la préfecture de Guyane a expulsé vers le Guyana deux personnes séropositives. Selon la Cimade, cette expulsion s’est faite «  sans s’être assurée au préalable de l’accessibilité d’un traitement médical dans ce pays, au risque de mettre ainsi leur vie en danger  ».

Des dispositifs défaillants

Pourtant, la Cimade explique que ces deux étrangers en situation irrégulière   « présentent une pathologie pour laquelle il est unanimement reconnu qu’au Guyana les traitements adéquats ne sont pas accessibles  ». L’association regrette le déroulé des opérations : «  Leur situation aurait pu être identifiée rapidement par la préfecture après leur interpellation, d’autant plus qu’un titre de séjour avait été délivré à au moins l’un d’entre eux du fait de cette pathologie grave. » Mais il semblerait que les vérifications censées intervenir avant de décider de les enfermer en rétention n’aient pas été prises en compte.

La Cimade explique «  qu’une fois ces personnes enfermées en rétention, le médecin qui y exerce saisit un confrère chargé de délivrer un avis sur les risques qu’implique une expulsion  ». Selon l’association, «  la préfecture n’a pas pris connaissance de ces éléments transmis en urgence en raison d’un dysfonctionnement grave du circuit d’information que l’administration s’est engagée à revoir  ». Pour la Cimade, «  tous les dispositifs censés assurer une prise en compte attentive des situations individuelles par l’autorité administrative se sont donc révélés défaillants  ».

L'association demande à ce que ces deux personnes puissent être rapatriées sur le territoire français afin que «  l’erreur administrative commise  » soit «  réparée  », et que «  leur santé voire leur vie  » soient préservées. Contactée par la rédaction, la préfecture a expliqué «  découvrir le sujet  » et va «  immédiatement regarder ce qu’il en est du cas précis des deux personnes concernées ».

Samir MATHIEU

Les deux étrangers en situation irrégulière, ont été expulsés en mars du centre de rétention administrative de Matoury / photos SM

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
9 commentaires

Vos commentaires

youpix973 12.06.2019

allez ouste , du balai et la Cimade aussi le monde a changé
les caisses sont vides

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 12.06.2019

allez ouste; il fallait naitre en Guyane francaise et pas ailleurs,la vie d'un étranger a moins de valeur qu'un chien

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 12.06.2019

Et après ça vient pleurer sur l’esclavage...vous faites vraiment de la peine et honte aux Guyanais...

Répondre Signaler au modérateur
joko973 22.05.2019

Qui paye le déficit de la sécu ? la Cimade ? Ok pour soigner mais envoyez la facture au pays d'origine. Sinon, essayez de vous faire soigner gratuitement dans les pays voisins. La France, personne ne vous croira....

Répondre Signaler au modérateur
josy 21.05.2019
La solution

Recensement de tous les séropositifs du Guyana et rapatriement ici!!!!!

Répondre Signaler au modérateur
josy 21.05.2019
Paiement

Que la France paie la facture et basta !!!!

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 09.06.2019

Mieux : recensement de tous les séropositifs du continent sud-américain, et rapatriement ici. Pour s'arrêter à ceux du Guyana ?

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 10.06.2019

Sinon recensement de tous les abrutis et xénophobes continentaux et hop en Guyane. Ben non, c’est déjà le cas. Pourquoi pas les marquer au fer rouge aussi ? Ou leur faire porter un signe distinctif ? Vous êtes vraiment dégénérés...

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 11.06.2019

On reçoit déjà les fumeurs de joints et les cocaïnomanes qui ont bien compris que les tarifs étaient imbattables ici.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
Musique

Kassav' fait vibrer Apatou avant Kourou

Fabienta PROSPER - Dimanche 18 Août 2019