France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Des téléphones pour sauver des vies

Jeudi 21 février 2019
Des téléphones pour sauver des vies
Le procureur Samuel Finielz souhaite développer des partenariats avec les maires - Nathalie Dinane

La lutte contre les violences conjugales est l’une des priorités du nouveau procureur de la République de Cayenne. Parmi les nouveautés, un téléphone portable d’urgence.

Mardi s’est tenu le comité départemental de prévention de la délinquance (CDPD). Cette institution ne s’était plus réunie depuis deux ans. Le rendez-vous, organisé dans les locaux de la CTG, a été l’occasion pour l’ensemble des acteurs luttant contre la délinquance. Etaient donc présents le procureur de la République Samuel Finielz, le président de la CTG Rodolphe Alexandre et le préfet Patrice Faure. Étaient également présents les élus locaux chargés de la sécurité mais aussi les associations qui œuvrent sur le terrain dans la lutte contre les violences, comme celle des Frères de la Crick, présidée par Nahel Lama.

Trois mesures concrètes

Le préfet a dressé un état des lieux de la situation en Guyane. Le procureur, lui, a fixé quelques objectifs prioritaires, parmi lesquels, la lutte contre les violences faites aux femmes. Il a donc émis trois orientations stratégiques pour la justice.

La première concerne les victimes de violences conjugales. Cela va passer par un conventionnement du dispositif de main courante, pour les aider pour une meilleure prise en charge sanitaire et sociale.

Le parquet va aussi déployer le téléphone grand danger. La Guyane s’est vu doter de six de ces appareils, destinés à sauver des vies de femmes, déjà signalées comme victimes de violences conjugales. En cas de danger immédiat, elles peuvent directement contacter les secours, par un processus simplifié.

Enfin, un partenariat va être mis en place pour les femmes qui font l’objet d’un examen à l’unité médico-judiciaire (UMJ) de l’hôpital de Cayenne. Toutes ces mesures seront en vigueur d’ici à la fin du premier semestre de cette année.

Prévention de la récidive

D’autres axes de travail ont été évoqués par Samuel Finielz. Il s’agit entre autres d’œuvrer plus globalement pour la tranquillité publique. Il s’agira de développer des partenariats avec les maires pour les dispositifs qui permettront d’appréhender les incivilités, comme les dégradations de biens publics ou encore les épaves. Cela se fera dans le cadre des conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance avec, pour commencer ,la ville de Saint-Laurent du Maroni, où le maire Sophie Charles, a annoncé une rencontre de cet organisme pour développer ce partenariat.

Le procureur veut aussi favoriser la prévention de la récidive en multipliant le travail d’intérêt général. Là aussi, il y aura tout un travail à réaliser avec les maires et associations, pour qu’ils ouvrent des postes et missions en ce sens. Enfin, un groupe local de traitement de la délinquance se réunira pour la première fois demain. Il vient d’être créé conjointement par le préfet et le procureur.

S. M.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Gérard Manvussa 21.02.2019

Des groupes de travail, des réunions, des comités, on adore ça en Guyane. Soyez moins thuriféraires svp...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une