France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Des policiers brésiliens en visite

R.F. Lundi 19 août 2013
Des policiers brésiliens en visite
Les policiers brésiliens ont rencontré leurs homologues guyanais afin de renforcer leur connaissance des pratiques françaises (RF)

Ils ont passé cinq jours dans le département. Impressions.

Le souhait est de renforcer la coopération. Un groupe de 49 officiers de la police militaire de l'Amapá (Brésil), était présent sur l'Ile-de-Cayenne la semaine dernière. Cinq jours durant desquels ils ont rencontré les différentes administrations liées à la sécurité. Centre pénitentier, police aux frontières, gendarmerie... L'objectif était de « casser le protocole » , explique le colonel Mafra.
Mettre de côté les relations de ministère à ministère pour découvrir les réalités du terrain et les systèmes de fonctionnement de leurs homologues. Coût total du déplacement, couvert par l'Etat d'Amapá : 179 000 reais (près de 57 000 euros). Les officiers établissent quelques constats en partant. Telle l'analyse criminelle et la connaissance des différentes ethnies présentes sur le territoire par les gendarmes. « Un savoir-faire qui nous manque » , estime le colonel.
Le lieutenant Ivanildo poursuit : « Depuis le Brésil, on a l'impression que le Brésilien est la « terreur » de la Guyane. Mais il ne fait pas partie des populations les plus violentes, bien qu'on ait conscience des problématiques liées à cette population, dont l'orpaillage clandestin » .
Egalement soucieux de leurs compatriotes brésiliens, ils ont échangé avec les associations brésiliennes de Guyane et la consule. Ils ont notamment noté que les extradés ne passent jamais par le consulat. « Ceci n'est pas normal » , considère le lieutenant. Le groupe d'officiers dit repartir avec un sentiment « très positif. La curiosité était mutuelle et les portes des deux bords sont ouvertes » .
Le colonel Mafra aimerait désormais que des officiers français puissent tenir une conférence du côté brésilien pour renforcer la connaissance des rouages français. D'ici octobre, une autre formation de l'Amapá devrait venir en Guyane, pour un voyage similaire.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire