• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
SAINT-GEORGES

Dégradations à répétition à l'église

Sébastien ROSELÉ Jeudi 16 janvier 2014
Dégradations à répétition à l'église
La statue du Christ a été décrochée et posée au sol. Ce qui a choqué les fidèles, hier matin (DR)

En quinze jours, le lieu de culte a été victime de deux intrusions suivies de dégradations qui choquent les catholiques.

Le Christ, en plâtre, et sa croix en bois, décroché et traînant au sol. Voilà ce que les soeurs, venues à la messe de 6 h 15, hier, ont découvert. Une scène insoutenable pour un croyant. « Ce qui nous a tous choqués, c'est le Christ par terre. C'est une profanation. Nous sommes écoeurés » , tonne Georges Martial, l'animateur de la chorale de la paroisse Saint-Georges. Dans la nuit de mardi à hier, une ou plusieurs personnes se sont donc introduites dans l'église, après avoir fait sauter plusieurs lames en verre d'une fenêtre pour ouvrir le passage. Tout a été fouillé mais seuls deux ventilateurs électriques ont été volés. Un larcin anecdotique par rapport à la force du symbole de la religion catholique laissé au sol. « C'est un Christ qui fait deux mètres de large et trois mètres de haut » , explique Georges Martial. C'est la deuxième fois ce mois-ci que l'église est victime d'intrusion. Vendredi 3 janvier, le tabernacle (le meuble contenant les hosties) avait forcé et les hosties emportées. Le ciboire (la coupe où elles sont conservées) a été laissée sur place. Si on remonte plus loin dans le temps, il y a deux ans, se souvient Georges Martial, « tout avait été cassé et une sono complète comprenant table de mixage, ampli, enceintes et micros avait été dérobée » . Depuis lors, plus rien de valeur n'est conservé dans le lieu de culte. C'est ce qui explique la maigreur des butins des vols de ce mois-ci.
Pour le chef de la chorale, « l'Église ne se sent plus respectée, plus protégée » . L'évêque de Guyane, Mgr Emmanuel Lafont, a lui aussi été meurtri par cette affaire. Lors de la première intrusion du mois. « Il ne pouvait s'agir d'un vol puisque rien n'a été emporté mais d'un acte doit fou soit malveillant contre ce que les catholiques ont de plus cher au monde : l'eucharistie [...] » .

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
5 commentaires
1 commentaire
A la une