• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CACAO

David Riché et les habitants de Cacao dégoûtés par la situation sur la Bagot

Samir MATHIEU Jeudi 13 Août 2020 - 20h46
David Riché et les habitants de Cacao dégoûtés par la situation sur la Bagot
David Riché et son adjoint Michel Ly Phong pointent une dernière fois du doigt la pollution de la Bagot, à cause de l'orpaillage illégal. - Samir MATHIEU

La Bagot est polluée. C'est un fait. Cela fait plus d'un an que c'est le cas, et même "plusieurs années" selon le maire de Roura et son deuxième adjoint. Mercredi, David Riché s'est rendu une nouvelle fois sur place pour constater la situation. Il prévient excédé : "c'est la dernière fois que j'y vais". 

 La situation ne s'améliore pas, loin de la sur la Bagot. La Bagot est un affluent de la Comté, qui passe à Cacao. Depuis plus de deux ans, la rivière est polluée. "La faute aux orpailleurs illégaux" répète le maire de Roura, David Riché, qui aujourd'hui se dit "dégoûté" de la situation. Il faut dire que ce n'est pas la première fois que le maire de la commune monte au créneau. L'an dernier, lors d'une opération de reconnaissance commune avec son homologue de Montsinnery-Tonnegrande, David Riché, avait déjà pu constater l'extrême turbidité de l'eau de la Bagot. C'est particulièrement frappant à l'intersection des deux rivières. On voit clairement, aujourrd'hui encore, la différence entre l'eau de la Comté, et celle de la Bagot, bien plus boueuse. Mercredi, le maire a fait le test très simple, de planter la pagaie de la pirogue dans l'eau. Malgré un mètre de profondeur, il est impossible de voir dans l'eau de la Bagot, tellement est trouble. 

David Riché a des mots très durs par rapport à cette situation. Il constate amer, qu'il a commencé son mandat avec ce problème et va terminer son mandat, avec ce problème qui non seulement ne s'est pas résolu, mais s'est agravé. David Riché, si il reconnaît le travail des gendarmes sur le terrain, reproche à l'Etat de ne pas l'avoir entendu : "j'ai fait des propositions concrètes qui n'ont pas été suivies des faits". David Riché plaide depuis plusieurs années pour l'installation d'un opérateur minier privé légal, "ce qui chasserai de fait les orpailleurs légaux" explique le maire de Roura. David Riché vient de renvoyer un courrier au préfet de la Guyane Marc Del Grande, en copie au ministre des outremers, Sébastien Lecornu, pour refaire, une dernière fois, des propositions et surtout lancer un appel à l'aide. Car les premières victimes de cet orpaillage illégal et de cette pollution, ce sont, outre les animaux aquatiques, les habitants du secteur. "Plus aucun opérateur touristique ne va sur la Bagot" explique le maire, qui lui même déconseille aux gens de s'y rendre, pour la pollution mais aussi pour une question de sécurité : "on ne sait jamais" souligne l'édile.

Les habitants de Cacao sont donc les grands perdants de la situation "et ce n'est pas acceptable" selon David Riché. Michel Ly Phong, qui est son second adjoint à la mairie de Roura, en charge du bourg de Cacao, est sur la même longueur d'onde. Lui a connu la Bagot depuis sa jeunesse et il l'a vu se dégrader à vitesse grand V ces dernières années : "avant la Bagot c'était un endroit paisible où l'eau était aussi claire que de l'eau de source. On pouvait y pêcher, y aller en famille, entre amis. Aujourd'hui, plus rien de cela n'est possible" se désole Michel Ly Phong.

De son côté David Riché, qui va céder son fauteuil de maire en octobre, puisqu'il ne se représente pas, est à bout de souffle sur ce dossier : "je suis abattu". "Pour moi c'est clair, c'est la dernière fois que je me rends sur la Bagot. Mais vous pourrez revenir dans plusieurs mois, les choses seront les mêmes" se désole le maire de Roura.

De leurs côtés, les autorités agissent et envoie des patrouilles de gendarmes et légionnaires sur le secteur, comme ce fut encore le cas mercredi. Mais comme c'est bien souvent le cas en Guyane, une fois partie, les orpailleurs reviennent. Et David Riché de conclure fataliste "de toute façon, tant qu'il y aura de l'or en Guyane, il y aura des orpailleurs".


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

Garimpo 14.08.2020

Plus simplement, il y a une bonne façon de faire bouger les choses, un convoi de dix pirogues citoyennes “déterminées” ( j’en suis) et vous verrez, l’état réagira avant la confrontation.

Répondre Signaler au modérateur
seu otário 14.08.2020
MQ-9

Une neutralisation par un MQ-9 Reaper serait une bonne solution, cet engin a fait ses preuves dans le sahel et sur les théâtres d'opération, les dommages collatéraux sont minimes

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 14.08.2020
Pourquoi pas ?

Pas mal comme idée, les drones permettraient une surveillance plus efficiente des frontières guyanaises avec un coût en personnel bien moins élevé. Nommons Seu Otário ministre de l'intérieur Guyanais !

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 14.08.2020
Pourquoi pas ?

Pas mal comme idée, les drones permettraient une surveillance plus efficiente des frontières guyanaises avec un coût en personnel bien moins élevé. Nommons Seu Otário ministre de l'intérieur Guyanais !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une
4 commentaires
7 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos