• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MATOURY

Crise sécuritaire au lycée de Balata : Malgré la réunion de crise d'hier, les élèves maintiennent la pression

Samir MATHIEU Mardi 9 Février 2021 - 12h12
Crise sécuritaire au lycée de Balata : Malgré la réunion de crise d'hier, les élèves maintiennent la pression
Les élèves ont refusé d'entrer dans le lycée pour alerter sur les violences dont ils sont victimes, quasiment au quotidien, au lycée de Balata. Ils ont été soutenus ce matin par Trop Violans. - DR

 Les élèves ne relâchent pas la pression. La crise qui frappe le lycée de Balata a pris une nouvelle dimension ce matin. Les élèves, soutenus, à leur demande, par Trop Violans, ont refusé d'entrer dans l'etablissement et d'assister aux cours, en raison des violences dont ils sont victimes quasiment au quotidien, aux abords du lycée, situé dans le quartier sensible de Balata. Une réunion de crise avait pourtant eu lieu hier avec le recteur, le président de la CTG, de nombreux élus et les gendarmes. 

 La crise se poursuit et s'amplifie au lycée de Balata. Elle a pris une nouvelle dimension ce mardi matin avec une opération coup de poing des élèves, soutenus par Trop Violans, à la demande de parents d'élèves et de jeunes lycéens. Ils ont refusé d'entrer et d'assister aux cours. Ils sont restés rassemblés devant les grilles du lycée, à l'endroit même où ont lieu, quasi quotidiennement selon eux, des actes de violences, que ce soit des vols, rackets et agressions.
Réunion au sommet hier
Une première alerte avait eu lieu jeudi dernier avec un débrayage qui a entraîné la tenue d'une réunion d'urgence hier après-midi. Le recteur d'académie, Alain Ayong Le Kama, le président de la CTG, Rodolphe Alexandre, le président de la CACL et maire de Matoury, Serge Smock, le vice-président de la CTG en charge des affaires scolaires et maire de Rémire-Montjoly, Claude Plenet, les cadres du rectorat, des gradés de la gendarmerie dont le général Stéphane Bras, et des responsables de la compagnie de Matoury, de la police municipale de Matoury, des professeurs, représentants syndicaux (qui avaient lancé l'alerte la semaine dernière) , parents d'élèves, le directeur et les élèves, étaient présents. Le recteur d'académie, qui a fait le déplacement a expliqué avoir "pris la mesure des difficultés" et demandé "un mois" aux élèves pour améliorer les choses. 
Le rectorat demande un mois pour améliorer les choses
Alain Ayong Le Kama a annoncé des mesures d'urgence, renforçant la communication, encourageant les élèves à déposer plainte, le renforcement du dispositif de BDPJ, la vie scolaire. 
Le renforcement des patrouilles de gendarmerie aux abords du lycée a également été annoncé ainsi que la mise en place de l'abribus par la CTG, et des travaux de mise en sécurité du gymnase, qualifié de "gruyère" par le personnel du lycée, et où ont lieu de nombreuses intrusions. 

Sur le moyen terme, le CLSPD sera convoqué et une réflexion sur l'organisation des transports scolaires sera lancée. 
Les élèves à l'action avec Trop Violans 
Malgré cette réunion, les élèves n'ont pas paru rassurés et sont passés à l'action, soutenus à leur demande, par Trop Violans, ce mardi matin, pour "maintenir la pression sur les autorités". Ils évoquent une situation "catastrophique". Vendredi encore, malgré le débrayage de la veille, un lycéen a été violemment agressé, à coup de crosse et a eu le visage et la mâchoire en sang. Trop Violans a demandé des "mesures immédiates et efficaces". Ils sont allés à la rencontre du maire de Matoury et président de la CACL, Serge Smock, qui les a reçu ce mardi matin au siège de l'agglomération, situé non loin du lycée. Selon Yvane Goua, porte-parole de Trop Violans, Serge Smock a formulé des "proposions concrètes et intéressantes". Trop Violans en appelle à présent au rectorat "pour qu'il renforce significativement la protection des élèves au sein même de l'établissement." Serge Smock a insisté sur le renforcement des patrouilles de gendarmerie et de police municipale, l'organisation des transports scolaires et la mise en place de médiateurs issus du quartier. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

cap40 09.02.2021
Sauvés...

Sauvés!!! Trop Violans est là...Ouf

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
3 commentaires
6 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos