• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

"Chouchou", tué le jour de ses 30 ans après une soirée qui a dégénéré

S.R. Vendredi 7 Mai 2021 - 14h00
"Chouchou", tué le jour de ses 30 ans après une soirée qui a dégénéré
Valker Miranda Dos Santos a été tué par balle dans la nuit de mercredi à jeudi. Son entourage cherche à reconstituer les faits, qui ont été relayés par l'auteur présumé sur les réseaux sociaux. - D.R.

 Plusieurs proches de Valker Miranda Dos Santos dit “Chouchou”, tué par balle dans la nuit de mercredi à jeudi à Kourou, ont livré à France-Guyane leurs premiers témoignages. L’auteur présumé des coups de feu est toujours en garde à vue.

 La voix tremblotante, Jennyfer nous décrivait ce vendredi matin celui qui était son ex petit-ami, tué dans la nuit de mercredi à jeudi par arme à feu dans la maison qu’il partageait avec Nathan L. au niveau du Degrad Saramaca à Kourou, plus précisément au PK 6 à proximité immédiate de la scierie. Domiciliée dans l’hexagone, la jeune femme a appris le meurtre de son ex conjoint par la presse locale. Effarée, elle essaie avec plusieurs proches du défunt de reconstituer les faits.

Mercredi 5 mai, peu avant minuit, Nathan L. commence à filmer minute par minute le déroulé de la soirée qu’il partage avec “Chouchou” [ndlr : du brésilien "xuxu"], jeune homme bien connu des kourouciens qui est par ailleurs son ami et colocataire depuis près d’un mois. “Il était en train de célébrer en avance son anniversaire" dit Jennyfer. Assurant avoir consommé du cannabis, Nathan L. introduit alors la soirée face caméra, en “selfie”, présentant derrière lui son colocataire et une autre personne, qu’on peut apercevoir très brièvement.
Une soirée d'anniversaire qui dégénère
Quelques heures plus tard, l’ambiance a tragiquement changé... Vers 5 heures du matin, Nathan L. reprend son téléphone et s’accuse lui-même du meurtre de son colocataire. “J’ai pris mon douze et je l’ai flingué” explique-t-il en quasi exaltation aux personnes qui le suivent sur les réseaux sociaux. Exhibant ses avant-bras, l’homme assure alors qu’il aurait été victime de coups de couteaux assénés par “Chouchou”, auxquels il aurait riposté par trois tirs au fusil de calibre 12. Selon nos informations, Valker serait parti vers 2 heures du matin avec un autre protagoniste pour acheter des bières. "A leur retour. Nathan L. les attendait avec un fusil derrière la porte" nous affirme une source proche du dossier. Le différend qui opposait les trois hommes, d'abord verbal puis physique, reposerait sur la plantation de plusieurs pieds de cannabis dans le jardin de Nathan L..

Dans sa dernière story publiée sur les réseaux sociaux, après les faits de meurtre (encore présumés), Nathan L. annonce qu’il a appelé la gendarmerie de son plein gré. Interpellé dans la foulée, il est toujours en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Kourou. La brigade de recherche locale est en charge de l’enquête, et une autopsie du corps de “Chouchou” est prévue ce lundi 10 mai selon les proches du défunt. Une information qui n’a toutefois pas été confirmée par les autorités compétentes. Nathan L. n'aurait pas pu être auditionné le jour des faits car il était encore sous l'effet de la drogue. “L’enquête suit son cours” nous assure ce vendredi le commandant de la compagnie de gendarmerie de Kourou.

Le procureur de la République, à travers une communication destinée à plusieurs médias, explique qu'une information judiciaire du chef d'homicide volontaire sera ouverte ce samedi matin. Une tierce personne, présente dans la maison le soir des faits, a également été entendue par les enquêteurs. Sa garde à vue a été levée. Selon les premiers éléments recueillis par la brigade, la victime était dans son véhicule quand l'auteur a tiré (le type d'arme utilisé n'a pas encore été précisé par les autorités). "L'auteur s'est approché et a tiré un premier coup, suivi de deux à trois autres coups de feu alors que la victime était dans le véhicule puis au sol" poursuit le procureur de la République. 

"On essaie de comprendre ce qui c'est passé"
Nathan L., 26 ans, est né dans l’hexagone mais a grandi au quartier de L’Anse à Kourou. Après avoir occupé un poste dans le secteur du BTP, il se serait progressivement isolé du reste du monde, menant “un train de vie en totale autarcie” selon une personne qui s’occupait de lui lorsqu’il était plus jeune et qui connaît de près son entourage. “Il tenait des propos délirants et misogynes" d'après Jennyfer, qui entretenait avec l’auteur présumé des tirs une amitié virtuelle. Père depuis quelques années, “il voyait très peu son fils” nous assure encore une autre personne que nous avons contacté par téléphone. “C’était un adolescent normal, un souffre-douleur, il était un peu space mais ce n’était pas quelqu’un de méchant. Depuis quelque temps, il consommait des drogues dures.” poursuit-elle au téléphone.

“On essaie de comprendre ce qui c'est passé parce que c’est des gens avec qui on a grandi et qu’on connaît bien,” nous déclare encore cette même personne qui souhaite garder l’anonymat et qui assure que Nathan L. et "Chouchou" se connaissaient depuis l'enfance. Plusieurs proches du défunt envisagent d’organiser une marche blanche pour lui rendre hommage. Cette dernière n’a pas encore de date programmée pour l’heure.
 
Les diffuseurs des images risquent gros
Les images de la scène, largement relayées dans la matinée de jeudi sur plusieurs réseaux sociaux, ont fait l’objet d’un rappel à l’ordre par le procureur de la République Samuel Finielz. Le “happy slapping”, une pratique consistant à filmer l’agression d’une personne, est en effet une infraction pénale pour laquelle les auteurs encourent une peine de 75000 euros d’amende et 5 ans de prison.
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
2 commentaires
1 commentaire