• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FAITS-DIVERS

Ce que l'on sait du braquage et des tirs qui ont visé plusieurs policiers dans le centre de Cayenne

S.R. Vendredi 9 Juillet 2021 - 18h37
Ce que l'on sait du braquage et des tirs qui ont visé plusieurs policiers dans le centre de Cayenne
Le parquet revient sur la chronologie des faits. - D.R.

 L’enquête de la brigade criminelle du STPJ se poursuit suite aux échanges de coups de feu entre cinq individus, dont deux mineurs et deux majeurs originaires du Guyana et du Suriname, ainsi qu’un guyanais décédé des suites de ses blessures au volant d’une Peugeot 208, et plusieurs agents de la police de Cayenne au niveau du croisement entre la rue Lallouette et la rue Arago. Les gardes à vue des mis en cause sont prolongées, et le parquet revient sur la chronologie des faits, confirmant les informations récoltées sur place par France-Guyane.

 Le braquage rocambolesque, commis par cinq individus dont deux mineurs originaires du Guyana et du Suriname et âgés de 17 et 15 ans, avait pris fin en lieu et place du croisement de la rue Lallouette avec la rue Arago. A sens unique, fréquentée à intervalle régulier par les écoliers, lycéens ou simples passants qui se rendent sur leur lieu de travail, entre autres dans le bâtiment qui abrite l’OFII, le tribunal de commerce ou encore les locaux de France-Guyane, cette portion de 300 mètres de bitume a été le théâtre d’échanges de coups de feu étirés sur une quarantaine de secondes. Plus d’une quinzaine selon nos observations, en comptant les tirs opposés aux forces de l’ordre donc.

Ce jour, le parquet revient sur la chronologie des faits, corroborant ainsi les informations de France-Guyane la veille. « Dans la matinée du 8 juillet 2021, un véhicule Peugeot 208 3 portes, avec à son bord plusieurs individus armés, est signalé pour un vol à main armée commis au préjudice d’un commerçant dans la ZAC HIBISCUS à Cayenne » retrace dans un premier temps le communiqué du parquet. De source policière, le « commerçant » braqué serait un restaurateur du « Wood », situé rue de l’Université Jiao Tong, à Cayenne, bien que cela paraisse difficilement concevable, étant donné que ces derniers sont fermés depuis l’instauration du « plan de confinement thématique ».
Le conducteur du véhicule décédé cette nuit
Après avoir commis ce braquage - encore présumé car la chronologie de l’enquête est « susceptible d’évoluer en fonction des investigations » rappelle le parquet – le signalement du véhicule a été diffusé à l’ensemble des forces de la sécurité intérieur.

En faction devant la préfecture, en raison d’un rassemblement de plusieurs syndicats, notamment de l’événementiel, « une patrouille motocycliste de la police nationale aperçoit le dit véhicule à 11h00, en plein centre-ville de Cayenne, au croisement entre la Place des Palmistes et la rue Lallouette. » Les policiers ont alors décidé de s’approcher du véhicule pour vérifier sa conformité au signalement. Nous sommes alors au dit croisement de la Rue Lallouette et de la Rue Arago.

« Ils s’approchent du véhicule, par l’avant de celui-ci, chacun positionné d’un côté, l’arme à la main. Le passager avant du véhicule sort de celui-ci avec une arme et s’accroupit derrière la portière ouverte. Un des passagers arrière ouvre le feu à travers la fenêtre ouverte, sur l’un des fonctionnaires de police qui riposte immédiatement. Il semble que le conducteur du véhicule soit touché à cet instant. »

Ce dernier, né en 1997 à Cayenne, a été évacué dans un état grave à l’hôpital. Couché sur son volant juste après les faits, il avait été touché par plusieurs balles selon nos constatations. Il est décédé des suites de ses blessures au CHC de Cayenne dans la nuit du 9 au 10 juillet. « Une enquête incidente en recherche des causes de la mort est ouverte et confiée au STPJ de Cayenne. Les investigations médico-légales seront ordonnées dans ce cadre » précise le parquet.

Au moment des tirs, le passager avant est passé derrière le véhicule, la Peugeot 208, avant d’ouvrir le feu avec une arme longue, un fusil à pompe selon un témoin qui nous a présenté des clichés pris sur place. Il a ensuite pris la fuite, en compagnie de trois autres personnes, contrairement à ce qu’indiquaient les premiers éléments recueillis sur place, qui laissaient à penser que deux personnes étaient dans le véhicule une fois la fusillade terminée.

« Au total, 12 coups de feu ont été tirés par les fonctionnaires de police, 9 par l’un, 3 par l’autre. Aucun d’entre eux n’a été blessé par cet échange de tir » précise le parquet, et « le nombre de coups de feu tirés par les malfaiteurs est indéterminé à l’heure actuelle. »

Le parquet énonce que quatre personnes ont été interpellées « à quelques centaines de mètres, deux d’entre eux essayant de se dissimuler dans un commerce ». Une épicerie de l’avenue du général de Gaulle plus précisément selon les déclarations du procureur de la République sur place ce jeudi. Deux ont donc été interpellés chez un commerçant, tandis que les deux autres avaient été interceptés dans leur course à l’angle de la rue Léon-Gontran Damas avec l’avenue du Général de Gaulle, de source policière.
Quatre ressortissants du Guyana et du Suriname interpellés
« Les quatre personnes interpellées sont deux majeurs (nés au Guyana et au Suriname en 1987 et en 1994) et deux mineurs (nés au Guyana et au Suriname, âgés de 17 ans et 15 ans). Le mineur âgé de 15 ans est actuellement hospitalisé pour des blessures par arme à feu. Les identités de ces 4 personnes sont déclarées et l’âge du mineur de 15 ans est susceptible d’évoluer en fonction des investigations » poursuit le parquet de Cayenne.

La perquisition du véhicule a entraîné la découverte d’une arme de poing, un revolver de calibre 38 approvisionné, un pistolet automatique calibre 40 approvisionné, un fusil à pompe de calibre 12, approvisionné et plusieurs chargeurs et munitions.

La brigade criminelle du STPJ est saisie de l’enquête ouverte pour vol à main armée en bande organisée, association de malfaiteurs, tentatives d’homicides sur personne dépositaire de l’autorité publique, détention d’armes de catégorie B aggravée, faits pour lesquels ils ont tous été placés en garde à vue, pour au moins 48h selon nos informations.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

RAF973 10.07.2021

Félicitations et grand respect pour les forces de l'ordre. Total soutien.
Prison et retour dans leurs pays d'origine pour le reste des malfrats.

Répondre Signaler au modérateur
plucenay 10.07.2021

Je suis incontestablement outré devant le mutisme de la population guyanaise qui n’ose pas réagir face à ce drame qui c’est passé devant une école heureusement vide. Je n’ose pas imaginer ce qui serait passé à la même heure alors que les élèves seraient entrain de sortir de cet externat. Sommes nous si insignifiants pour ne pas applaudir nos forces de l’ordre qui ont superbement réagi en mettant fin à cette agression orchestrée par des jeunes voyous lourdement armés qui visiblement n’avait pas l’intention de se rendre mais qui ont cherché à nuire. Oui il faut savoir aussi reconnaître lorsque la police ou la gendarmerie fait son travail avec tant de professionnalisme. Pas un blessé parmi le public rassemblé par curiosité alors que les balles fusent de toute part. Oui bravo messieurs les policiers d’avoir neutralisé ces bandits aussi jeunes soient-ils mais déterminés à faire du mal. J’espère que votre hiérarchie dans sa grande timidité saura vous féliciter pour votre bravoure, j’espère que nos élus sauront vous rendre hommage ainsi que cette population versatile qui sait vous lapider mais ne sait pas vous applaudir comme ont fait les passants brésiliens dans une récente vidéo lors de la neutralisation d’un preneur d’otage. Oui vous avez fait du bon boulot et nous devons être fier de vous en espérant que ces voyons dorénavant sauront qu’ils n’ont plus droit de cité en Guyane et qu’ils seront réprimandés comme il se doit à chaque fois qu’ils oseront faire du mal à la population.

Répondre Signaler au modérateur
plucenay 10.07.2021

Je suis incontestablement outré devant le mutisme de la population guyanaise qui n’ose pas réagir face à ce drame qui c’est passé devant une école heureusement vide. Je n’ose pas imaginer ce qui serait passé à la même heure alors que les élèves seraient entrain de sortir de cet externat. Sommes nous si insignifiants pour ne pas applaudir nos forces de l’ordre qui ont superbement réagi en mettant fin à cette agression orchestrée par des jeunes voyous lourdement armés qui visiblement n’avait pas l’intention de se rendre mais qui ont cherché à nuire. Oui il faut savoir aussi reconnaître lorsque la police ou la gendarmerie fait son travail avec tant de professionnalisme. Pas un blessé parmi le public rassemblé par curiosité alors que les balles fusent de toute part. Oui bravo messieurs les policiers d’avoir neutralisé ces bandits aussi jeunes soient-ils mais déterminés à faire du mal. J’espère que votre hiérarchie dans sa grande timidité saura vous féliciter pour votre bravoure, j’espère que nos élus sauront vous rendre hommage ainsi que cette population versatile qui sait vous lapider mais ne sait pas vous applaudir comme ont fait les passants brésiliens dans une récente vidéo lors de la neutralisation d’un preneur d’otage. Oui vous avez fait du bon boulot et nous devons être fier de vous en espérant que ces voyons dorénavant sauront qu’ils n’ont plus droit de cité en Guyane et qu’ils seront réprimandés comme il se doit à chaque fois qu’ils oseront faire du mal à la population.

Répondre Signaler au modérateur
Moun di la gwyane 10.07.2021
Marre de tout ça

Foutez moi ça la geôle et jeter les clés.
Y'en a marre de ces bandits qui profitent du laxisme des juges pour commettre des méfaits

Répondre Signaler au modérateur
bozo 10.07.2021
12 médailles

9 médailles pour le policier qui a tiré 9 fois et 3 médailles pour le policier qui a tiré 3 fois.
Et une prime avec congés bonifiés pour celui qui a buté le braqueur.
Et un congés bonifié pour celui qui a blessé l'autre, il aurait eu une prime si il avait mieux visé..
Qu'attent le chef de l'état pour décerner la légion d'honneur aux policiers qui ont tiré au péril de leur vie ?

Répondre Signaler au modérateur
Miroslav 10.07.2021

En effet, souvent critiquée pour son manque d'efficacité. Notre police est parvenue à neutraliser des "malfaiteurs" en plein jour, en plein centre ville sans dégâts collatéraux. En espérant que cette intervention serve d'avertissement aux candidats d'argent facile. Félicitations aux agents de police pour leur professionnalisme.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
5 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire