• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
FLASHES

Après l'évasion du centre de semi-liberté

Jeudi 18 juillet 2013
RÉMIRE-MONTJOLY. Réuni en assemblée départementale il y a quinze jours, le syndicat Force Ouvrière de la pénitentiaire de Rémire avait soulevé le problème de la surveillance les week-ends et jours fériés du centre de semi-liberté au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly...
Ce centre accueille les détenus en fin de peine qui bénéficient d'un aménagement de peine sous écrou leur permettant d'exercer la journée une activité à l'extérieur de l'établissement.
« C'était prémonitoire » , souligne Diokine Gomis secrétaire du syndicat FO, en évoquant la triple évasion qui s'est produite dimanche dernier. « Il y a un surveillant en journée mais pas le week-end et les jours fériés...
Aussi, dimanche, trois détenus ont fait le mur. Pour cette partie du centre pénitentiaire, il n'y a pas de concertina (fil barbelé arborant des lames de rasoir) empêchant toute escalade » .
Après leur escapade de quelques heures, les trois détenus ont voulu réintégrer leurs cellules en escaladant le mur dans l'autre sens mais ils ont été vus par un surveillant depuis un mirador du centre pénitentiaire. « Une voiture est venue les chercher et les a ramenés à 15 h 30. D'après leurs dires, ils voulaient régler des comptes... Mais rien n'est avéré à ce jour. Ils sont revenus avec une bouteille de rhum, une bouteille de whisky et deux téléphones portables... Mais ils auraient pu ramener tout autre chose! « s'inquiète le secrétaire de FO.
« Cela fait trois ans que nous réclamons une surveillance permanente pour le centre de semi-liberté mais nous n'obtenons pas de réponses. Il faut que l'administration pénitentiaire, la mission Outre-Mer et le ministère prennent leurs responsabilités » .
Les trois détenus doivent passer en commission de discipline alors que le parquet a ouvert une enquête qui devrait les conduire à répondre de leur « sortie » devant les juges. Outre le retour en détention classique, ils risquent un allongement de leur peine.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire